Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Nelson Mandela: une conscience, une inspiration

AFP PHOTO/ALEXANDER JOE
Former South African President Nelson Mandela (R) hugs South African Anglican Bishop Desmond Tutu as they pay tribute to their late friend Walter Sisulu, at the apartheid struggle hero's state funeral in Soweto 17 May 2003. 
Partager

Ayant su lui-même renoncer à la violence, il la subit et trouva la force de pardonner, montrant au monde entier ce qu'était la véritable intelligence politique.

 (légende photo : Mandela avec son ami, l’archevêque anglican Desmond Tutu.)

La vie de Nelson Mandela relève de l’épopée, à une époque où de grands changements sont survenus, comme la fin du communisme et la chute du mur de Berlin. Je retiens de lui la cohérence entre les paroles et les actions, l’élégance tranquille de son âme, la persévérance dans le combat pour une cause noble et juste. De la trempe des prophètes bibliques, il a surtout été un homme de foi, d’espérance et d’amour.
 
Mandela a cru qu’il pouvait vaincre le régime de l’apartheid par sa puissance intérieure, un peu comme l’a fait Gandhi pour l’Inde. Il a puisé son énergie dans ses convictions les plus profondes, en fidélité à ce que lui dictait sa conscience. Comme Soljenitsyne, il a peu parlé de sa foi chrétienne, jugeant que c’était d’ordre personnel. Il a espéré toute sa vie que son peuple verrait la lumière de la liberté, même quand il a été condamné à la prison à vie en 1964. Son témoignage d’espérance va inspirer ses compagnons de captivité et canaliser la mobilisation contre l’apartheid, jusqu’à sa libération en 1990. Il a beaucoup aimé, sans renier ses idéaux de justice et de vérité. Il a pardonné à ses ennemis, tendu la main aux grands et aux petits de ce monde.
 
Cet homme libre, intègre, prix Nobel de la paix, a vaincu les préjugés du racisme et redonné confiance à son peuple. À son discours d’intronisation à la présidence de son pays en 1994, il déclarait : « La grandeur n’est pas l’apanage de quelques élus; elle se trouve en chacun de nous. Lorsque nous laissons notre âme répandre sa lumière, nous permettons inconsciemment aux autres de révéler la leur. Lorsque nous nous affranchissons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »
 
Certes, il y a encore beaucoup de pas à faire sur les chemins de la confiance, de la non-violence et de la réconciliation, mais celui qu’on a surnommé le père de la nation sud-africaine a insufflé un supplément d’âme et de bonté qui a changé le rythme de l’histoire. Plusieurs se sont reconnus en lui. Il demeure une conscience pour l’Afrique entière, une inspiration pour le monde. Qu’il repose en paix ! Cette paix qu’il a tant souhaité pour lui-même, sa famille, son pays, l’univers.

[Note de l’éditeur : il y a aussi des zones d’ombre dans la vie et dans l’action de Nelson Mandela dont nous ferons état dans un prochain article.]

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]