Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : L’évangélisation n’est pas le prosélytisme

© DR
Mrg Menamparampil s'exprimant lors d'une session de jeunes en Inde
Partager

Mgr Menamparampil, responsable du Bureau pour l’Evangélisation de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC), met en garde contre un « prosélytisme loin des valeurs de l’Evangile »

02/12/2013

Saint Paul disait : « J’ai un devoir envers tous les peuples de la terre » et il rendait « sa prédication compréhensible en respectant les coutumes et en s’adaptant à la mentalité de ceux auxquels il s’adressait ». Il existe donc « une pédagogie spéciale dans le domaine de la transmission de la foi hors de sa propre culture ».

Ces quelques phrases, prononcées le 14 novembre dernier par  Mgr Thomas Menamparampil, responsable du Bureau pour l’Evangélisation de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC), ont fait l’effet d’une mise en garde contre le danger que représente auprès des populations non chrétiennes un discours perçu comme intolérant, qui peut alors déclencher le rejet et la persécution à l’encontre des prédicateurs.

L’ancien archevêque de Guwahati s’exprimait à l’occasion de la remise de sa distinction de docteur Honoris Causa en missiologie à l’Université pontificale urbanienne de Rome pour son action menée en faveur de la réconciliation interethnique et de la paix religieuse, en particulier dans les régions troublées du Nord-Est de l’Inde.

Ce n’est pas la première fois que Mgr Menamparampil réaffirme avec clarté la différence entre évangélisation et prosélytisme.
S’appuyant sur son expérience dans les zones difficiles du Nord-Est de l’Inde où il a œuvré pendant près de 50 ans, comme médiateur reconnu dans les conflits intertribaux et interreligieux tout en y assurant un remarquable essor du christianisme, l’archevêque a insisté sur le fait que l’annonce de la Bonne Nouvelle devait se faire avec humilité et tolérance.

Il faut tisser des liens fraternels, exempts de préjugés, car « s’il faut des ‘passerelles’ intellectuelles pour communiquer le message de l’Evangile, les ‘passerelles’ affectives sont tout aussi importantes, sinon davantage », a t-il expliqué.
 
Cette attitude de tolérance et de compréhension, a-t-il expliqué dans son allocution du 14 novembre, ne doit pas pour autant « éteindre l’ardeur évangélique et missionnaire ». Bien au contraire, celle-ci doit sous-tendre toute la vie du chrétien, lequel doit « avoir la prudence du serpent », mais ne jamais pécher par pusillanimité ou manque d’audace.
 
Et de conclure: « Le missionnaire doit être une personne d’une spiritualité profonde et d’une intense activité dans le travail ; son intimité avec le Christ doit être de telle nature que sa compassion doit déborder. ».
 
L’article d’Eglises d’Asie dans son intégralité : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/inde/2013-11-29-mgr-menamparampil-ab-l2019evangelisation-n2019est-pas-le-proselytisme-bb
 
I.C

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]