Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Qu’est-ce que l’euthanasie ?

© DR
Partager

Elle consiste à provoquer la mort d’un malade incurable dont les souffrances sont intolérables

« Par euthanasie au sens strict, on doit entendre une action ou une omission qui, de soi et dans l'intention, donne la mort afin de supprimer ainsi toute douleur. L'euthanasie se situe donc au niveau des intentions et des procédés employés ».

Evangelium vitae, lettre encyclique de Jean-Paul II, 1995, n.65

 

L'euthanasie est clairement exclue par l’Eglise.
 

En revanche, il n'y a pas d'euthanasie si la mort survient par surdosage analgésique, lorsque le médecin cherche à calmer la douleur et qu'il doit prendre des risques pour cela. Elle n'est pas non plus la mort consécutive au refus d’un « acharnement thérapeutique ».
 

L’euthanasie ne doit pas être présentée comme une alternative à l’acharnement thérapeutique. Ce sont les deux excès d’une médecine qui dans un cas, tue le patient, et dans l’autre, le maintient à tout prix en vie.
 

Il existe une troisième voie qui consiste à prendre soin de la personne jusqu’à la fin de sa vie, proposée en France dans la foi de fin de vie de 2005, celle des soins palliatifs, auxquels tout malade a droit.
 

Sources:

Evangelium Vitae, Jean-Paul II, 25 mars 1995

Alliance Vita, La fin de vie en France : état des lieux

 
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]