Aleteia
Dimanche 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Art & Voyages

Philippines : ce que le monde oublie

Deyan Parouchev

Antoine Besson - Publié le 20/11/13

L'urgence humanitaire dans les zones sinistrées va bien au-delà des jours qui suivent le typhon. Le témoignage et l'appel du rédacteur en chef d'Enfants du Mékong Magazine.

(Légende de la photo : à Medellin, au nord de l'île de cebu, les habitants entament la reconstruction de leur maison détruite par le passage du typhon) 

Le 8 novembre 2013, l’un des typhons les plus violents que nous ayons jamais connus touchait les côtes philippines. Des vents de plus de 300 km/h et des vagues de trois mètres ont balayé en quelques heures des milliers de frêles habitations. Aujourd’hui, près de dix millions d’habitants sont impactés par cette catastrophe naturelle dont quatre millions d’enfants.


Au cœur de l’actualité, les Philippines font l’objet d’une grande mobilisation de la part des ONG urgentistes qui apportent aujourd’hui abris, nourriture, eau et premiers secours sur l’ensemble des zones sinistrées (Leyte, Samar, Cebu, Bantayan, Negros…). Mais l’urgence humanitaire des Philippines va bien au-delà.

Dans quelques semaines, le typhon Haiyan sera une info périmée parmi tant d’autres. Alors commencera pour chaque Philippin affecté un combat pour sa survie et celle de sa famille. Demain, les vrais enjeux de reconstruction verront le jour. Il ne sera plus question d’acheminer des vivres et de l’eau mais d’offrir à chaque famille le moyen de reconstruire son habitat et retrouver les moyens de sa subsistance à travers un labeur digne. Ce combat concerne également des milliers d’enfants orphelins, isolés et sans ressources. La vie, l’intégrité et l’innocence de ces enfants est aujourd’hui en danger.


Dès maintenant, Enfants du Mékong s’engage au côté des Philippins qu’elle accompagne sur le terrain depuis 18 ans. ONG de développement spécialisée dans le parrainage scolaire, elle soutient près de 60 000 enfants en Asie du Sud-Est et en parraine 3500 aux Philippines. Sur le terrain, les équipes d’Enfants du Mékong mettent à profit leur connaissance des zones sinistrées et leur réseau pour accompagner et guider les ONG urgentistes tout en évaluant les dégâts et en organisant la prochaine phase de reconstruction.

« La plupart des maisons des zones touchées par le typhon sont aujourd’hui détruites. Mais les Philippins ne désespèrent pas et ont déjà entamé la reconstruction de leurs abris à partir des matériaux récupérés dans les décombres » témoigne Antoine Besson, en mission d’information cette semaine sur les îles de Cebu et de Bantayan pour Enfants du Mékong.


Aujourd’hui, les dons des Français peuvent faire une vraie différence aux Philippines et sauver des vies. En parrainant un enfant, chacun à la possibilité de mettre à l’abri un enfant et financer sa scolarité afin que cette catastrophe naturelle ne condamne pas ses plus jeunes victimes à une vie de misère, faute d’éducation.


Autre levier d’action, l’ONG a mis en place un fond d’urgence afin de financer la reconstruction des habitations et donner à chacun  les moyens d’une petite économie domestique à travers un outil de travail adapté (bateau de pêche, animaux d’élevage, semences, etc…) pour permettre à chaque famille de retrouver le plus rapidement possible un semblant de dignité et une autonomie financière.

« L’enfant que nous aidons aujourd’hui sauvera son pays demain ! »

C’est la conviction d’Enfants du Mékong. C’est pourquoi, l’ONG lance un appel à la générosité des Français pour parrainer une nouvelle génération de Philippins dans la durée et financer l’effort de reconstruction à travers ce fond d’urgence (don en ligne sur www.enfantsdumekong.com ou par chèque à Enfants du Mékong / urgence Haiyan 5, rue de la Comète, 92 600 Asnières sur seine).

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
enfants du mekong
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
pope francis with a mask
I.Media
Ce que le pape François a vraiment dit sur l'...
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement