Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les évêques d’Orient au Vatican

© DR
Partager

Ils seront reçus demain, 21 novembre, par le Pape. Dans la perspective de cette rencontre, trois patriarches de Syrie et d’Irak confient leurs attentes pour leurs pays et tout le Moyen Orient.

20/11/2013

À l’occasion de l’Assemblée plénière de la Congrégation pour les Églises orientales (du 19 au 21 novembre) les patriarches et archevêques unis à Rome vont rencontrer le Pape François et prieront pour la paix au Moyen Orient. Cette rencontre suscite de grands espoirs.
 
A la veille de cette rencontre, le Patriarche Louis Raphael Ier Sako, chef de l’Église chaldéenne, confie à l’AED : « Nous espérons plus de proximité à l’égard de nos Églises en ces temps difficiles. Nous avons besoin de plus de soutien du Saint-Siège, plus d’encouragements et de solidarité. »
 
Le patriarche, basé à Bagdad en Irak, décrit comme un défi pour les chrétiens du Proche-Orient, le fait de vivre comme des citoyens à part entière de leurs pays :
 
« L’émigration menace notre présent et notre avenir. Nous craignons pour notre survie ! ».
 
Il y a une semaine, le patriarche irakien Sako avait déploré la pression exercée sur les chrétiens pour les inciter à partir, dénonçant en particulier toute une stratégie des ambassades et consulats étrangers pour aider les chrétiens à quitter l'Irak. (Cf. Aleteia) .
 
« Le Moyen-Orient va se vider de ses chrétiens », alors que « leur présence, leur qualification, leur ouverture sont vitales », confiait-il également sur les ondes de Radio Vatican.
 
Selon de récentes statistiques, le nombre de chrétiens vivant encore aujourd’hui en Orient oscillerait entre les 10-13 millions. (Œuvre d’Orient)
 
Dans ce contexte, Mgr Sako demande à toutes les Églises de soutenir les chrétiens du Proche-Orient. Comment ? En étant, dans leurs pays, des ponts de dialogue et de paix, là où d’autres construisent des murs, car « Les musulmans ont besoin que nous (les chrétiens) témoignions des valeurs humaines et chrétiennes. »
 
Le Patriarche melkite, Mgr Grégoire III Laham, qui réside à Damas, attend lui aussi beaucoup de la rencontre de Rome : « Nous voulons discuter avec le Saint-Père de la situation en Syrie et en Irak, mais aussi des questions fondamentales du rôle des chrétiens au Proche-Orient, du dialogue interreligieux et de l’œcuménisme avec l’orthodoxie », confie-t-il à l’AED.
 
Et il appelle lui aussi à un geste du Saint-Siège : qu’il s’engage « encore plus fort qu’auparavant pour la cause palestinienne », en entreprenant « une action diplomatique concertée dans le monde entier ».
 
Au programme de la journée des patriarches et archevêques majeurs d’Orient, jeudi 21 novembre, au Vatican : Une messe pour la paix et la réconciliation en Terre Sainte. Syrie, Irak, Egypte, présidée par le cardinal le cardinal Leonardo Sandri à la Basilique Saint-Pierre, puis la rencontre avec le pape François, où ils pourront exposer la situation de leurs communautés respectives.
 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]