Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Indonésie : Le Conseil des Oulémas repart à la charge contre les écoles catholiques

© DR
Partager

Une branche locale des Oulémas somme les écoles catholiques de la province de Java central d’enseigner l’islam et le Coran à leurs élèves.

12/11/2013

En janvier dernier, six écoles catholiques du diocèse de Surabaya, dans la province de Java-Est, ont été menacées de fermeture pour leur refus de se soumettre à de nouvelles directives des autorités locales obligeant chaque établissement scolaire à enseigner l’islam et le Coran à leurs élèves musulmans. (Eglises d’Asie)
 
A Blitar et Tegal (Pasuruan), cette affaire avait duré des semaines et s’était conclue après une intervention des parents d’élèves musulmans qui s’étaient opposés au décret local, estimant qu’ils plaçaient leurs enfants dans ces écoles pour « l’excellence de l’enseignement qu’on y dispensait » et parce que pour ce qui était de l’enseignement de l’islam, « ils disposaient d’autres ressources ».
 
Aujourd’hui l'Observatoire de la Christianophobie revient sur ce genre de directives lancées au niveau local, signalant une autre intervention de ce type à Klanten (Java Central),  où la branche locale du Conseil des Oulémas d’Indonésie (Majelis Ulama Indonesia, MUI), selon une information d’ Asianews,  repart à la charge exigeant que les écoles catholiques de la province enseignent l’islam à leurs élèves.
 
Selon Asianews, le responsable Mui de Klaten, connu sous le nom de Hartoyo, a sommé toutes les écoles privées, y compris les écoles catholiques d’engager des professeurs qualifiés pour l’enseignement de la religion islamique aux étudiants musulmans. Et il précise à cette occasion, que le manque de professeur enseignant l’islam est une grave violation de la loi nationale –ce qui est faux.
 
En effet, signale l’Observatoire de la Christianophobie, les écoles privées catholiques en Indonésie ne sont pas tenues d’offrir des cours sur l’islam à leurs élèves musulmans, et ces derniers ont tout le loisir d’en suivre en dehors de l’établissement.
 
Si l’article 12 de la loi nationale sur l’enseignement religieux (Government Regulation n° 55/2007), elle-même découlant d’une loi de 2003, mis en avant par les autorités municipales, stipule que « chaque élève doit recevoir une éducation religieuse en concordance avec sa foi, et dispensée par des enseignants appartenant à cette même religion », l’article 55 quant à lui autorise les membres d’une communauté (dont les écoles catholiques) à « dispenser à ses membres une éducation en accord avec ses convictions religieuses, sociales et culturelles », rappelait Eglises d’Asie lors des premiers heurts dans le diocèse de Surabaya.
 
Asianews, de son côté, constate que depuis quelques années les autorités indonésiennes cèdent aux pressions du MUI qui s’arroge le rôle « d’observateur » dans des domaines relevant des coutumes et de la morale dans  tout l’archipel indonésien :
 
« L’an passé,  ses membres avaient déchiré le drapeau indonésien au moment d’un lever des couleurs au motif que Mahomet « n’a jamais fait une chose pareille » – les Oulémas s’abstiennent-il de répondre au téléphone au motif que Mahomet « n’a jamais fait une chose pareille » –, et avait lancé des fatwas contre les fumeurs de cigarettes et le vote des femmes… », relève entre autres notre confrère de l’agence de presse des Œuvres pontificales missionnaires catholiques.
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]