Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Typhon aux Philippines : les catholiques mobilisés

© TED ALJIBE / AFP
Partager

Après le passage dévastateur du typon Haiyan, les Caritas du monde entier sont à pied d’œuvre. Le Pape François, à l’angélus et par un tweet, appelle à la prière et à la solidarité internationale.

11/11/2013

Jamais les Philippines n’avaient vécu pareille catastrophe naturelle. Le bilan des victimes fauchées par le passage d’un super typhon d’une rare violence (plus de 300 km/h), vendredi et samedi 8 et 9 novembre,  dépasse les 10.000 morts et les milliers de disparus dans la province de Leyte, au centre de l’archipel, où les secours peinent encore à rejoindre  les villes et villages dévastés et inondés.
 
A Tacloban, ville de 220 000 habitants qui a subi les plus gros dégâts, les scènes de pillages se multiplient et constituent un grave problème pour les autorités.
 
Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (BCAH) évalue à plus de 330.000 les personnes déplacées et 4,3 millions celles touchées d'une manière ou d'une autre par le typhon dans 36 provinces. Maisons détruites, glissements de terrain, inondations, corps flottant dans les eaux, des rescapés errant entre les morts et les décombres : les images qui tournent en boucle sur toutes les chaines de la télévision sont apocalyptiques.
 
 Le typhon Haiyan a détruit 70 à 80% des régions qu’il a traversées vendredi et samedi, a dit le commissaire Elmer Soria du BCAH. Il a rayé de la carte des villages entiers. Les secours d'urgence ont du mal à atteindre les villages ravagés le long de la côte. (Les Echos).

Les Caritas du monde entier, dont le Secours catholique en France, sont mobilisées pour répondre à l’appel à l’aide lancé par la Caritas Philippines. Dans les zones les plus touchées, elle est épaulée par la Caritas américaine (CRS) tandis qu’à Rome, Caritas internationalis suit de près la situation. Mais il est actuellement très difficile, voire impossible, de communiquer avec les zones les plus reculées de l’archipel.
 
Le secrétaire général de Caritas Philippines (Nassa), le père Edwin Gariguez, affirmait dimanche que ses équipes étaient mobilisées et que les premiers besoins étaient recensés dans les zones accessibles. « Certaines de ces zones ont déjà été frappées le mois dernier par un séisme (d’une magnitude de 7,3 sur l’échelle de Richter), a rappelé le père Edwin. C’est une terrible calamité. Nos besoins sont énormes. »
 
Informé de la situation dramatique, le Pape François a demandé dimanche, lors de l’angélus,  aux quelque 60 000 personnes massées sur la place Saint-Pierre, de prier mais aussi de faire parvenir une "aide concrète" aux victimes du typhon.
 
Par l’intermédiaire du Secrétaire d’Etat, Mgr Parolin, le pape François a également fait parvenir un télégramme de condoléances au président philippin Benigno Aquino. En priant pour tout le peuple des Philippines, le Saint-Père adresse ses encouragements aux autorités civiles et aux personnels d'urgence engagés dans les secours aux victimes de la tempête. Il invoque les dons divins de la force et de la consolation pour la nation philippine. Samedi, le pape François avait publié un tweet en solidarité avec les victimes, rapporte Radio Vatican
 
Trois jours après le passage dévastateur du typhon, les rescapés n'ont plus eau, ni nourriture, ni médicaments, et les opérations des sauveteurs sont rendues d'autant plus difficiles que les routes, les aéroports et les ponts ont été détruits par la tempête ou sont recouverts de débris. ( Le Monde)
 
Face à cela, les ONG d’urgence et les structures d’aide spécialisée se mobilisent :
 
 « Enfants du Mékong », comme pour le tsunami de 2004, va prendre en charge les familles des villages très touchés où ses équipes sont implantées (Tacloban, Borogan, Legazpi et Bacon au sud de Luzon aussi touchés) et faire l’inventaire précis de la situation et des besoins. Vu les premiers échos d’Emmanuel Roy, le responsable Philippines qui est sur place, les besoins sont immenses.
 
Enfants du Mékong est une association loi 1901, de bienfaisance, habilitée à recevoir des dons et legs. Prix des Droits de l’Homme de la République Française.
 
Son action s'étend à 580 programmes de parrainage d’enfants, une centaine de programmes de développement durable, l'envoi de 40 volontaires de solidarité internationale. L’association intervient dans 7 pays: Vietnam, Thaïlande, Laos, Philippines, Cambodge, Birmanie et Chine.
 
Pour soutenir les populations ravagées par le cyclone, cliquer ICI.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]