Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Défense de l’embryon : « Un de nous », n°1 des pétitions européennes

© DR
Partager

Le comptage est clos : avec plus de 1 885 000 signatures, l’initiative citoyenne européenne se hisse à la première place ! Et maintenant ?

11/11/2013

Ce lundi 11 novembre 2013 a lieu la clôture officielle du comptage des soutiens individuels à l’Initiative Citoyenne Européenne  Un de Nous.  
 
Ce chiffre dépassera les 1 885 000 qui font de cette initiative  en faveur de la vie un succès sans précédent. 20 Etats membres ont atteint haut la main le minimum requis par la Commission européenne, attestant par-là que la volonté de défendre l’embryon humain est profondément enracinée au sein des populations européennes.
 
L’objectif  de l’initiative Un de Nous est de réaffirmer que l’embryon humain est « l’un de nous », qu’il partage notre humanité. « Un de Nous » demande à l’Union européenne de mettre fin au financement des activités impliquant la destruction d’embryons humains. Et plus précisément :
 
« …d’interdire tout financement par le budget européen des activités impliquant la destruction d’embryons humains, ou qui supposent leur destruction”, notamment tout financement de la recherche sur les embryons humains, y compris celle visant à obtenir des cellules souches, et toute recherche impliquant l’utilisation de cellules souches obtenues à partir de l’embryon humain à tous les stades successifs»,  et aussi d’interdire «  l’ avortement, directement ou indirectement, par le biais du financement d’organisations encourageant ou promouvant l’avortement ».
 
Cette interdiction de financement favorisera grandement la cohérence de la législation européenne, notamment depuis l’arrêt de la Cour de Justice européenne dans le cas de Brüstle v. Greenpeace  qui affirme que l’embryon humain est protégé par le droit européen ; et aussi parce que l’avortement ne relève pas de la compétence européenne et n’est pas un droit de l’homme.
 
Les organisateurs de l’Initiative tiennent à remercier chaleureusement les organisations individuelles et nationales, qui ont organisé des campagnes tout à fait remarquables dans toute l’Europe. Un nombre sans précédent de groupes issus de la société civile ont collaboré dans chaque pays et en Europe à mettre en place un réseau efficace de défenseurs de la valeur de la vie humaine, et à hisser ce message au niveau politique européen.
 
Pendant longtemps, les industries biotechniques et les lobbies, comme L’International Planned Parenthood Federation (IPPF), avaient exercé un monopole au niveau politique européen. Et voici que, pour la première fois, ces forces utilitaristes sont contestées par un contre-message humaniste. Face à la  marchandisation et à l’extermination de l’embryon, “Un de Nous ” affirme la dignité et l’humanité de la vie humaine, dès sa conception.
 
A cet égard, les organisateurs tiennent à remercier la Commission européenne pour son soutien et son aide efficaces durant le processus de collecte des signatures.
 
One of Us  doit aussi son succès unique au soutien et à la collaboration des Eglises chrétiennes. C’est une source de joie et d’espoir de voir les Eglises catholiques, protestantes et orthodoxes unies pour la promotion du bien commun.
 
Désormais, les autorités nationales dans chaque Etat membre ont 3 mois pour certifier le nombre définitif de déclarations collectées. Après quoi, dans un délai de 3 mois, la Commission et le Parlement européens rencontreront les organisateurs pour discuter du détail des résultats de l’Initiative.
.
Ensuite, la Commission  européenne se prononcera officiellement en présentant la réponse qu’elle entend apporter à notre initiative. La Commission n’est pas tenue d’élaborer une loi à la suite de l’initiative. Toutefois, si la  Commission décide un projet de loi en réponse à notre initiative, ce projet sera soumis au processus législatif habituel.
 
Et maintenant, les organisateurs de l’Initiative continueront, devant la Commission et le Parlement européens, à défendre le respect de l’être humain, dès sa conception.
 
 
———-
European Coordinator Office
205, Chaussée de Wavre, 1050 Bruxelles
Phone: 0032 (0) 2 640 77 71
European Coordinator Office: info@oneofus.eu
 
Grégor PUPPINCK
President of the committee if the European Citizen Initiative One of Us

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]