Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les tribulations d’un imam converti au catholicisme

© DR
Partager

Mario Joseph, jeune imam dans une région musulmane de l’Inde, est devenu catholique. Son père a voulu le tuer.

08/11/2013

Mario Joseph était imam à 18 ans, il est devenu chrétien et son père a essayé de le tuer. Aujourd’hui, il est prédicateur catholique en Inde. Sa conversion au christianisme a entraîné sa condamnation à mort.

Dans le cimetière indien de son village, il y a  une pierre tombale avec son nom et, dessous, un cercueil avec une sculpture en argile de sa taille. Son père lui a dit: « Si tu veux être chrétien, je dois te tuer ».

Mais la tombe est vide. Et Mario Joseph est bien vivant. Lartaun de Azumendi a pu l’interviewer sur la radio espagnole Cope :
 

Mario Joseph, vous aviez 18 ans et vous étiez un religieux musulman. Que s’est-il passé pour que votre regard ait changé ainsi?
 
J’étais le troisième de six enfants, et j’avais 8 ans quand  mon père m’a envoyé dans une école coranique pour devenir imam. Après dix  années d’études, à 18 ans je suis devenu imam.

Un jour que je prêchais à la mosquée que Jésus-Christ n’était pas Dieu, une personne présente m’a dit de ne pas dire cela et m’a demandé qui était Jésus-Christ. N’ayant pas de réponse à donner, je me suis mis à lire le Coran d’un bout à l’autre, et là j’ai découvert que, au chapitre 3,  il est question de Jésus, souvent cité sous le nom de Jésus-Christ,  et qu’au chapitre 19,  on parle de Marie.
 
Dans le Coran, Marie est le seul nom de femme qui apparaît, et il est dit que Jésus est la Parole de Dieu.
 
Vous viviez en Inde dans une zone musulmane?
 
Oui. A majorité musulmane et hindoue, il n’y a pratiquement pas de chrétiens.
 
Et à partir de ce doute qui s’est emparé de vous pendant que vous prêchiez, comment a commencé le processus de votre conversion?

 
Dans le Coran, il est dit que Mahomet est mort, mais que Jésus-Christ est toujours vivant. Quand j’ai lu ceci, j’ai pensé, alors… lequel dois-je accepter, celui qui est mort, ou celui qui est vivant?
 
J’ai demandé à Allah lequel je devais accepter, et j’ai commencé à prier afin qu’il m’aide, et quand j’ai commencé à prier, j’ai ouvert le Coran ; et le Coran, au chapitre 24 verset 10, dit que  si tu es en doute sur le Coran, interroge la Bible  
 
J’ai donc décidé d’étudier la Bible. C’est alors que j’ai compris qui est le Dieu véritable et, à partir de là, j’ai embrasé le christianisme.
 
Vous le racontez de façon très naturelle tout en sachant la situation que vous pouviez vivre si vous l’acceptiez. Que s’est-il passé avec votre entourage?
 
Lorsque je me suis converti, je suis allé dans un centre de retraite et ma famille a commencé à chercher. Ils m’ont trouvé là. Mon père m’a frappé durement et m’a emmené à la maison. Quand nous sommes arrivés, il m’a enfermé dans une pièce, m’a attaché les mains et les pieds, m’a déshabillé, m’a frotté les yeux, la bouche et le nez  avec des substances piquantes, et m’a laissé là sans nourriture pendant 28 jours. Passé ce laps de temps, mon père est venu et m’a saisi par le cou pour voir si j’étais vivant.

J’ai ouvert les yeux et j’ai vu qu’il avait un couteau dans sa main. Il m’a demandé si j’acceptais Jésus et m’a dit qu’il me tuerait si je l’acceptais. Je savais que mon père allait me tuer, car c’est  un musulman très dur, j’en étais convaincu. Je lui ai dit que j’acceptais Jésus-Christ et, à ce moment-là, une lumière très puissante a frappé mon esprit et m’a donné la force de crier de toutes mes forces: Jésus!

C’est alors que mon père est tombé et que le couteau qu’il tenait à la main s’est fiché dans sa poitrine, lui occasionnant une grande coupure.  Il a commencé à saigner abondamment, tandis que de l’écume sortait de sa bouche. Ma famille, craignant pour lui, l’a emmené à l’hôpital  et ils ont oublié de fermer la porte. J’ai ainsi pu sortir et prendre un taxi pour aller au centre de retraites où ils m’avaient pris, et je suis resté caché là.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]