Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconPolitique
line break icon

Éducation et rôle de l’État : des frontières à préserver

Solène Tadié - Publié le 08/11/13

Dans quelle mesure l’État doit-il intervenir dans l’instruction ? Et dans l'éducation ? La question se pose de nouveau avec acuité alors que l’État semble vouloir se substituer aux parents, et à Dieu lui-même !

« On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique ». Cette sortie de notre ministre de l’Éducation Vincent Peillon en dit long sur le climat qui règne actuellement dans l’Hexagone. Entre les questions soulevées par la loi de refondation de l’école et notamment la théorie du genre, les relations entre le ministère de l’Education nationale et l’école catholique se sont tendues au cours des derniers mois.

Il semble donc opportun de reprendre la réflexion sur le rôle de l’État dans l’éducation, et plus précisément dans l’éducation catholique.

Deux auteurs se sont récemment penchés sur ces questions, dans un ouvrage intitulé Catholic Education in the West: Roots, Reality, and Revival. Ainsi, Christiaan Alting von Geusau et Philip Booth (de l’Acton Institute) définissent trois objectifs devant être poursuivis prioritairement dans un système éducatif catholique : tout d’abord celui de fournir un environnement favorable à la construction et au développement de la relation de l’élève avec Dieu, ensuite celui de promouvoir une culture académique tournée vers la recherche de la vérité,  enfin celui de promouvoir activement les principes moraux.

Cependant, ces objectif visant au renouvellement et à la promotion de l’éducation catholique se heurtent d’emblée à une question sensible, celle du rôle du gouvernement :

« Le rapport entre éducation catholique et État a revêtu des formes diverses, selon les pays et les périodes historiques. Toutefois, les circonstances dans lesquelles nous devons appliquer la Doctrine Sociale de l’Église dans le secteur de l’instruction publique subissent (…) un ralentissement de la pratique religieuse et une indifférence généralisée envers la religion, dans les hautes sphères des systèmes politiques occidentaux notamment. Dans le même temps, on assiste à une prise de conscience accrue du fait que, pour des raisons pratiques et de principe, les parents devraient avoir une plus grande autonomie dans le choix des écoles. »

Mais ce sursaut collectif, constatent les auteurs, s’accompagne d’une plus forte réglementation des écoles.

Quelle réponse l’Église apporte-t-elle à ces problématiques ?

On retrouve un éclairage précieux aux numéros 133 et 160 du Compendium de la Doctrine Sociale de l’Église :

«…Le principe de la dignité de la personne humaine, sur lequel reposent tous les autres principes et contenus de la doctrine sociale, ceux du bien commun, de la subsidiarité et de la solidarité. […] L’homme, en effet, dans son intériorité, transcende l’univers et est l’unique créature que Dieu a voulue pour elle-même. C’est la raison pour laquelle ni sa vie, ni le développement de sa pensée, ni ses biens, ni ceux qui partagent son histoire personnelle et familiale, ne peuvent être soumis à d’injustes restrictions dans l’exercice de ses droits et de sa liberté. […] Il est donc nécessaire que les autorités publiques veillent attentivement à ce que toute restriction de la liberté ou tout devoir imposé à l’action personnelle ne lèse jamais la dignité de la personne et à ce que soit garantie la mise en pratique effective des droits de l’homme […] comme personne, c’est-à-dire comme sujet actif et responsable de son processus de croissance, avec la communauté dont il fait partie.»

Et la Constitution pastorale Gaudium et Spes ajoute cet élément fondamental : « L’ordre social et son progrès doivent toujours tourner au bien des personnes, puisque l’ordre des choses doit être subordonné à l’ordre des personnes et non l’inverse. Le Seigneur lui-même le suggère lorsqu’il a dit : ‘Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat.’ »

Nous comprenons ainsi que ces principes doivent s’appliquer à l’éducation et à l’instruction. « L’éducation ne peut être séparée de la formation de la personne et du développement de sa vocation, qu’elle soit laïque ou religieuse; le fait de limiter la liberté fondamentale en matière d’instruction est une restriction à la liberté de conscience, aux droits des parents et à la liberté religieuse, plus généralement. Des restrictions impropres à la liberté en matière d’instruction et le fait d’imposer le concept d’instruction selon l’État dans toutes les familles reviendrait à subordonner la personne à la société», affirment nos deux auteurs.

  • 1
  • 2
Tags:
Éducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement