Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 11 mai |
Saint François Jérôme (de Geronimo ou de Girolamo)
home iconActualités
line break icon

Bangladesh : Le marché noir des organes

Fides / OPM - Publié le 05/11/13

Des médecins sans scrupules acceptent de mutiler de pauvres gens qui vendent leurs organes pour payer leurs dettes. L’agence Fides dénonce ce marché noir en expansion dans les zones rurales.

05/11/2013

La vente d’organes n’est pas nouvelle et les pauvres de toute l’Asie du sud y ont recours. Beaucoup pour rembourser leurs créditeurs.

L’agence Fides revient sur cette pratique qui remonte à 1982, et qui ne sera interdite par le parlement du pays qu’en 1999, après une commercialisation des organes qui aura vite fait tache d’huile sur tout le territoire.

Selon la loi, les greffes sont légales seulement entre parents et entre époux. Toutefois, le marché noir, rapporte Fides, continue de proliférer à cause des médiateurs qui identifient les vendeurs et les acquérants potentiels.

Les interventions sont pratiquées dans des hôpitaux privés du Bangladesh par des médecins complaisants ou dans des pays tels que l’Inde ou Singapour où le système sanitaire est meilleur. Les intermédiaires falsifient les passeports et produisent des documents légaux attestant que le donateur et le destinataire ont un lien de parenté. Actuellement, au trafic de reins, est venu d’ajouter celui de foies et de cornées et dans nombre d’hôpitaux a été introduit le test ADN.

Dans les zones rurales, ce phénomène est lié à la pauvreté, nombre de leurs habitants étant contraints à avoir recours à la vente d’organes pour rembourser des micros crédits qu’ils avaient contractés.

A l’origine, les instituts de micro crédit étaient pourtant créés pour aider les personnes à sortir de la pauvreté, encourager la création d’entreprises et l’émancipation des femmes en offrant de petits crédits à ceux qui n’étaient pas en mesure d’obtenir des prêts bancaires traditionnels.


Plus de détails sur le site : http://www.fides.org/fr/news/36444-ASIE_BANGLADESH_Personnes_pauvres_contraintes_a_vendre_leurs_organes_pour_payer_leurs_dettes#.UniIoSQWlw4

I.C

Tags:
bangladeshpauvrete
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
6
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
7
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement