Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Juifs et Chrétiens : Le cardinal Lustiger, « tête de pont du dialogue »

© DR
Partager

Le cardinal Vingt-Trois a inauguré le mémorial consacré à l'ancien archevêque de Paris dans l'abbaye bénédictine d’Abu Gosh, près de Jérusalem.


C'est dans les jardins de l’abbaye bénédictine d’Abu Gosh,(près de Jérusalem) où le cardinal Jean-Marie Lustiger (1926-2007) « aimait à venir se ressourcer », que son successeur à la tête de l'archevêché de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, a inauguré un Mémorial en son honneur.

Ce 23 octobre, dans les jardins baignés de soleil, le cardinal Vingt-Trois a salué le parcours de cet homme « né juif » et « demeuré fidèle à ses racines », qui sut établir avec nos frères ainés « des relations d’une audace, oserais-je dire, évangélique ».

« On peut considérer que le cardinal Lustiger avait accepté délibérément de devenir une tête de pont du dialogue avec l’orthodoxie juive », a-t-il ajouté, rappelant le combat d'Aron Jean-Marie Lustiger contre l'antisémitisme qu'il ne percevait pas comme « de la haine envers un peuple particulier mais plutôt comme le disaient Bonhoeffer et Jean-Paul II : “un péché contre Dieu et contre l’humanité“ ».

C'est au CRIF (Conseil représentatif des institutions juives en France) que revient l'initiative de ce Mémorial, qui a aussi reçu le soutien de l'archevêché de Paris. La cérémonie a eu lieu en présence de nombreuses personnalités, dont le Président honoraire du Crif Richard Prasquier, le patriarche latin de Jérusalem S.B. Fouad Twal, le nonce apostolique en Israël et l'ambassadeur de France en Israël.

Dans son discours, S.B Fouad Twal a aussi évoqué son action pour le dialogue interreligieux et contre l'antisémitisme. « Il avait cette sensibilité qui aujourd’hui me fait croire que du haut de son ciel, il peut intercéder pour le dialogue entre les religions et pour la paix au Moyen-Orient et pour cette Terre Sainte, cette Terre de la Promesse, cette Terre du Salut », a-t-il affirmé. « Il est un pont entre la Terre et le Ciel comme il a été un pont entre ces univers auxquels son histoire personnelle lui avait donné de participer à un moment ou à un autre de sa vie ».

« Comme lui qui avait pour devise que “Tout est possible à Dieu“, je veux croire à la suite du pape François, que “le souvenir des tragédies passées doit porter chacun à œuvrer de toutes ses forces, en faveur de l'avenir que Dieu nous prépare, et à le bâtir avec et pour les autres“. Ce monument est à la fois un mémorial et une espérance », a-t-il conclu. « Notre prière en ce jour s’élève sur ces deux ailes ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]