Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 10 mai |
Saint Jean d'Avila
home iconPolitique
line break icon

Jésus est-il de gauche ou de droite?

Solène Tadié - aleteia - Publié le 24/10/13

Le Christ était-il « un socialiste du Moyen Orient » tandis que l’Eglise serait viscéralement réactionnaire ? Un débat répercuté par l’édition américaine d’Aleteia.

Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur les fondements de la philosophie politique du Christianisme, et l’on assiste souvent à des interprétations quelque peu hasardeuses de l’enseignement de la Bible. Entre ceux qui associent directement l’Église au conservatisme et ceux qui considèrent que la conception politique de cette dernière est intrinsèquement socialiste, ces débats ont le mérite d’animer et d’exalter la réflexion théologique et philosophique autour de la Bible.

« Jésus était un socialiste du MoyenOrient qui donnait à manger aux pauvres et qui préconisait un système de santé gratuit ». C’est ce tweet partagé par Candida Moss, professeur de théologie à l’Université américaine Notre Dame dans l’Indiana, qui a récemment déclenché une polémique avec le journaliste américain Bill O’Reilly, connu pour ses positions conservatrices. Invitée à l’émission de ce dernier, Moss est sans appel: « Jésus est collectiviste », affirme-t-elle, avant d’ajouter: « C’est un fait historique, Jésus a enseigné aux peuples l’idée que pour aller au Paradis, ils devaient donner tout ce qu’ils possédaient ».

Des propos qui n’ont pas manqué de faire réagir le polémiste, qui a alors publiquement remis en question la santé mentale de cette dernière…

Il convient dès lors d’orienter la réflexion de façon plus constructive et factuelle.

Le père Dwight Longenecker a récemment apporté sa contribution dans un article sur la question. À la lumière de deux livres fraîchement publiés, Tea Party Catholic – The Catholic Case for Limited Government, A Free Economy, and Human Flourishing de l’Australien Samuel Gregg et Writing from Left to Right: My Journey from Liberal to Conservative du philosophe américain Michael Novak, il démontre pour sa part que le conservatisme est dans une certaine mesure inhérent au catholicisme. 

Le père Longenecker a rappelé un aspect fondamental de la pensée chrétienne conservatrice, en rapportant les propos de Gregg : « La solidarité, pour l’expliquer simplement, est l’amour envers nos voisins. Nous sommes appelés à prendre soin les uns des autres en communauté. La subsidiarité est l’idée que les problèmes sont mieux résolus au niveau local. Gregg démontre que les deux principes sont nécessairement liés. La meilleure façon de s’occuper des autres se fait par le biais d’organisations locales, de communautés, d’églises, d’écoles et d’entreprises caritatives ».

Il poursuit : « Lorsque la solidarité est détruite par une conception erronée de l’individualisme, l’on commence à penser que ‘quelqu’un là-haut’ va résoudre les choses. Dès lors que nous cessons de nous préoccuper de nos voisins, nous considérons que ‘Big Brother’ va tout prendre en charge, et Gregg souligne le fait que plus nous déléguons nos responsabilités au ‘Big Government’, plus celui-ci prendra le pouvoir sur nos vies. Et quand cela se produit, nos libertés s’évanouissent et la tyrannie de l’état totalitaire nous envahit. »

De l’œuvre de Novak, le père Longenecker retient une fine analyse et une conception claire du systèmecapitaliste. En effet, Novak explique que le capitalisme fonctionne «parce qu’il est réaliste, et que l’intérêt personnel qui est le moteur du libre marché doit être contrebalancé par les valeurs morales chrétiennes. » Le capitalisme en tant que tel fonctionne, donc, mais il ne fera pas long feu s’il ne découle pas d’une vertu personnelle, avertit-il.

Enfin, Longenecker fait sienne la critique que Novak adresse à « ses amis de gauche » en leur demandant quel exemple de socialisme ils préconisent: « La Chine ? Cuba ? L’Albanie ? La Suède ? La Russie ? Ils restent muets. Il constate que le socialisme n’est autre qu’une utopie, qui devient d’abord une affreuse idéologie, puis une idéologie meurtrière ».

  • 1
  • 2
Tags:
capitalismejesus
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
3
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
4
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
5
Agnès Pinard Legry
Enlèvements à Haïti : « Un des ravisseurs nous a demandé de prier...
6
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
7
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement