Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconÉglise
line break icon

Pourquoi l’Eglise catholique a-t-elle tant d’ordres religieux ?

Jean Marie HEIDINGER/CIRIC

Julio de la Vega-Hazas - Publié le 22/10/13

Consacrés à la prière, à l’éducation, au soin des malades… contemplatifs, mendiants, apostoliques, ordres centenaires et jeunes... on les compte par centaines

Ils sont plusieurs centaines d’ordres religieux dans l’Eglise, consacrés à la prière, à l’éducation, au soin des malades… contemplatifs, mendiants, apostoliques, ordres centenaires et jeunes… Pourquoi ce foisonnement ?

En fait il faudrait poser la question autrement et demander plutôt « pourquoi y a-t-il autant d’instituts religieux dans l’Eglise? », car souvent ceux qu’on appelle « ordres » se divisent en réalité en ordres et congrégations religieuses, chacun doté de caractéristiques bien particulières et d’un régime juridique différent. Dans le cas présent, à l’évidence il est question de  l’ensemble (en réalité, il y a peu d’ordres; les congrégations sont plus nombreuses).

Au cours de l’histoire de l’Eglise, ce n’est pas la hiérarchie ecclésiastique qui a fondé les instituts religieux. Certes, il est arrivé que le fondateur soit un évêque ; mais même dans ces cas, l’action du fondateur s’est distinguée de l’activité épiscopale. En aucun cas, l’existence de ces instituts n’obéit à un projet ou un décret venu « d’en haut ». Tous ont été fondés par des personnes, saintes pour la plupart, qui se sont senties dépositaires de ce qu’on appelle un « charisme », c’est-à-dire une grâce particulière destinée non pas à un projet personnel, mais à concourir au bien commun de toute l’Eglise. Dans le cas d’un charisme fondateur, cette contribution consiste à créer une institution qui, moyennant la consécration de ses membres, développe une activité spirituelle, et d’assistance dans beaucoup de cas, concourant au service du prochain, de l’Eglise et de ses fidèles en général.

Quel est alors le rôle de la hiérarchie de l'Eglise ? Tout d’abord, celui d’approuver: il lui revient de vérifier que les fins et moyens de l’institution qui se crée sont conformes à sa doctrine, qu’ils sont bons et appropriés à l’objectif recherché. En second lieu, la hiérarchie, en tant qu’ayant autorité sur l’ensemble des fidèles, veille à ce que soit toujours préservé l’esprit qui guide l’institution. Mais elle ne fonde pas ni –sauf cas exceptionnels- ne dirige directement ces institutions.

A la lumière de ce qui précède, on peut souligner deux aspects importants. Le premier se réfère aux espaces de liberté qui existent dans l’Eglise catholique. Il y a une foi, une seule Eglise avec, à sa tête,  le pape, qui la gouverne avec les évêques ;  mais, dans ce cadre-là,  existe la liberté d’initiative. La question qui est posée pour les instituts religieux vaut pour d’autres types d’institutions: associations de fidèles, congrégations, confréries ou fraternités, etc. Pour l’Eglise, toute cette diversité n’est pas un problème, mais plutôt un enrichissement –  cette même diversité supposant des apports à maints égards -, un signe de liberté et une garantie de la vitalité qui se vit en son sein.

Le second aspect pourrait se résumer à l’expression bien connue – évangélique (Jn 3,8)- selon laquelle l’Esprit souffle où il veut. Les charismes procèdent en dernier ressort de  celui qui est l’âme de l’Eglise et donc lui donne la vie: l’Esprit Saint. Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit d’un souffle arbitraire: la liste même qui est énumérée dans la question posée – il y a des contemplatifs, mendiants, apostoliques, de soins aux malades etc.- laisse déjà entendre qu’il recouvre différentes nécessités et  touche, d’une façon ou d’une autre, différentes sortes de personnes.

L’Eglise comme telle doit s’assurer que rien de faux ne s’introduit sous l’apparence d’un charisme;  mais une fois cette vérification faite, c’est la vitalité propre aux différents instituts qui témoignera de l’action de l’Esprit Saint. S’il y en a un de trop, c’est également la Providence divine qui le laissera « s’éteindre ».  Il est évident que l’infidélité humaine peut également gâcher un fruit de l’Esprit mais, dans ce cas, celui-ci ferait en sorte que surgissent de nouveaux foyers de vitalité chrétienne, un institut religieux ou sous une autre forme.

Tags:
Catholique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement