Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une religieuse italienne reçoit le Prix de la Citoyenneté européenne

© DR
Partager

Soeur Eugenia Bonetti se bat depuis plusieurs années contre la traite des êtres humains, en particulier l'exploitation sexuelle des femmes.

« Ce Prix ne m’est pas attribué personnellement, il est offert à toutes ces religieuses qui jour après jour peinent dans les maisons d’accueil » : c’est ce qu’affirme avec beaucoup d’humilité la religieuse Eugenia Bonetti, missionnaire de l’Ordre de la Consolata et présidente de l’association « Slaves no more ». Elle vient de recevoir le Prix de la Citoyenneté Européenne, le 16 octobre à Bruxelles, pour son action contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes.
 
Interrogée par Radio Vatican, la religieuse évoque le combat qu’elle mène quotidiennement avec les sœurs de sa communauté, dans leurs maisons d’accueil – une centaine en Italie – pour aider ces femmes exploitées à reconstruire leur vie.
 
Elle évoque aussi sa préoccupation envers ce phénomène de la traite des êtres humains, en particulier de l’exploitation sexuelle. De 1998 à aujourd’hui, « nous avons réussi à récupérer plus de seize mille femmes » en Italie, indique-t-elle. « Nos congrégations en Italie ont été parmi les premières à ouvrir les portes des couvents pour les accueillir », puis à se mettre en contact avec des religieuses des pays d’origine : principalement Nigeria et Europe de l’Est.
 
La religieuse et sa communauté sont aussi à l’origine de la création du réseau RENATE, un réseau européen de religieux qui s’engagent à travailler ensemble contre la traite des êtres humains et l’exploitation. Les membres de RENATE sont membres de différentes congrégations, sociétés missionnaires ou laïcs dont c’est l’objectif. Ils travaillent aux côtés de nombreuses autres organisations dans le monde, pour éradiquer l’esclavage contemporain. Actuellement, RENATE représente dix-huit pays d’Europe.
 
Après avoir passé 24 ans au Kenya, sœur Eugenia est devenue responsable en 2000 du Bureau contre la traite des femmes et des mineurs de l’Union des supérieures majeures d’Italie (Usmi). Elle est l’auteur de deux livres « Schiave » (esclaves) en 2010 et « Spezzare le catene » (briser les chaînes) en 2012. Elle a également été nommée commandeur de la République italienne.
 
En 2004, Soeur Eugenia avait été citée comme l’un des six « héros qui se battent pour mettre fin à l’esclavage moderne » dans le rapport annuel sur le trafic des personnes publié par le Bureau pour la Télésurveillance et la Lutte contre le trafic des personnes du Département d’Etat américain. En 2007, elle avait été élue « Femme de courage » (“Woman of Courage”) par le Département d’Etat américain.
 
 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]