Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 27 septembre |
Saint Vincent de Paul
home iconCulture
line break icon

Quelles langues parlait Jésus ?

La rédaction d'Aleteia - Publié le 16/10/13

Le quatrième évangile fait état, à l’occasion de la fête des Tentes, de l’étonnement des juifs devant la culture religieuse de Jésus : « Comment cet homme connaît-il tant de choses sans avoir fait d’études ? » (Jn 7,15). L’auditoire s’émerveille de la connaissance théologique du Christ, qui n’a pourtant jamais fréquenté de grand « rabbi » ou d’école rabbinique. Jésus n’avait en effet probablement fréquenté que les écoles de synagogues pour apprendre la lecture des Ecritures.

Il avait par ailleurs une certaine connaissance du grec, répandu parmi les juifs et les peuples voisins après les conquêtes d’Alexandre le Grand de Macédoine.

A l’époque de Jésus, le grec, sous l’empire romain, était utilisé comme langue franche, un peu comme pour l’anglais aujourd’hui. En outre, depuis qu’Alexandre le Grand avait conquis la Palestine en 332 av. J-C, c’était une langue qui ne cessait de s’imposer, de s’étendre géographiquement. A ce propos le cardinal Ravasi, dans son ouvrage « Qui es-tu Seigneur ? », écrit que « les juifs mêmes, malgré la réaction des Maccabées, accrochés à la langue et aux traditions de leurs pères, furent peu à peu obligés de l’utiliser ». A Jérusalem, elle était utilisée par les classes supérieures surtout pour les transactions commerciales, et le peuple s’en servait uniquement pour communiquer avec les « gentils », c’est-à-dire les étrangers présents en Terre Sainte.

Dans son livre « Questions de foi », le cardinal Ravasi estime fort probable que Jésus utilisait lui aussi un peu de grec – langue qui sera ensuite adoptée par les Evangiles et par Paul pour une communication plus universelle – quand il avait des contacts avec des non juifs et, peut-être aussi, lors de son procès en dialoguant avec Pilate » (Matthieu 27,11-14; Jean 18,33-38). Comme le rappelle aussi Alan Millard dans son livre « L’archéologie et les évangiles », les gouverneurs romains parlaient certainement en grec durant leurs activités quotidiennes ». Et puis il y a l’évangile de Matthieu qui fait état d’une conversation sans interprète entre Jésus et un centurion romain (Matthieu 8,5-13), qui parlait presque certainement en grec. Sa connaissance du grec pouvait être due aussi aux contacts qu’il avait eus avec des juifs de la diaspora lors de leur visite à Jérusalem, comme en témoigne l’évangile de Jean (Jn 12,20) et l’Acte des Apôtres (Ac 6,1-15).

Selon des observations de John P. Meyer, dans le premier volume de son œuvre « Un juif marginal », « ni son activité de menuisier à Nazareth, ni son parcours en Galilée, circonscrit à des villes et villages entièrement juifs, n’aurait exigé de sa part une utilisation fluide et régulière de la langue grecque. Il n’y a donc aucune raison de penser que Jésus enseignait régulièrement en grec aux foules qui se réunissaient autour de lui ». Mais il est vrai aussi que sa prédication ne se limitait pas à la Galilée, à la Judée et à la Samarie. Celle-ci s’étendait jusqu’aux régions limitrophes de Tyr et Sidon, à travers la Phénicie et le territoire de la Décapole, des zones toutes fortement hellénisées. Souvenons-nous, à ce propos, de l’épisode rapportant la guérison de la fille d’une femme de nationalité syro-phénicienne, ou cananéenne, possédée par le démon (Mc 7,26-30).

Il n’y a par contre aucune raison de penser que Jésus savait le latin, une langue que n’employaient pratiquement que les forces d‘occupation romaines.

Dans la Palestine du Ier siècle, le latin était la langue utilisée par les fonctionnaires et les officiers romains en garnison à Césarée Maritime et dans les grands centres habités comme Jérusalem et Samarie. Mais c’était surtout la langue d’écriture officielle pour rédiger les documents impériaux. L’inscription accrochée sur la croix de Jésus, qui rapporte le motif de sa condamnation, en est la confirmation. Selon les propos rapportés par Jean, l’inscription était en effet en hébreu, latin et grec (« Jésus de Nazareth, roi des juifs »). On ne voit donc pas pourquoi Jésus aurait appris le latin.

  • 1
  • 2
Tags:
jesus
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
2
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
5
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
6
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
7
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement