Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconActualités
line break icon

Malaisie : le mot ‘Allah’ interdit aux chrétiens

MOHD RASFAN

Eglises d'Asie - Publié le 15/10/13

La Cour d’appel casse un jugement de 2009 favorable à l’Eglise catholique qui défendait le droit pour les chrétiens de continuer de nommer Dieu « Allah » en malais.

    C’est au cri de « Allah Akbar ! » qu’une petite foule de 200 militants musulmans a accueilli ce 14 octobre en fin de matinée les avocats du gouvernement fédéral à leur sortie de la Cour d’appel de Putrajaya, où une assemblée de trois juges venait de statuer, à l’unanimité, en faveur de l'interdiction de l'usage du mot 'Allah' par une publication de l'Eglise catholique. Par leur décision, les juges ont cassé un verdict rendu fin décembre 2009 par la Haute Cour de justice.

 L’affaire est ancienne et a fait couler beaucoup d’encre en Malaisie. Elle oppose le gouvernement fédéral de Malaisie et l’archevêque du diocèse de Kuala Lumpur en sa qualité d’éditeur de l’hebdomadaire The Herald Catholic, lequel comprend quatre sections, en anglais, en chinois, en tamoul et en malais.

En 2008, le gouvernement fédéral avait signifié à l’archevêque de Kuala Lumpur que l’autorisation de publication de l’hebdomadaire serait révoquée sauf à ce que la section en malais de The Herald cesse d’utiliser le mot ‘Allah’ dans ses colonnes à chaque fois qu’il y est question du Dieu des chrétiens. L’exécutif malaisien évoquait alors un risque de confusion auquel étaient exposés les musulmans qui viendraient à lire ce journal. L’archidiocèse avait porté l’affaire devant la justice et, le 31 décembre 2009, un jugement de la Haute Cour de justice lui donnait raison.

Aujourd’hui ce jugement est cassé  par les juges de la Cour d’appel. En s’appuyant entre autres sur un alinéa de l’article 11 de la constitution, interdisant la propagation « de toute croyance ou doctrine religieuse auprès de personnes professant la religion de l’islam », ils font valoir que The Herald étant disponible sur Internet, l’éditeur de ce magazine n’est pas en mesure de contrôler la diffusion de sa section en malais aux seuls chrétiens de langue malaise. Selon eux, il est légitime pour l’Etat de veiller à ce que la liberté religieuse ne débouche pas « sur le chaos et l’anarchie ».

Les juges estiment aussi  qu’ « il est nécessaire d’accorder une juste reconnaissance aux noms qui sont donnés aux Dieux respectifs dans les différents livres saints, tels que ‘Yahvé’ dans la Sainte Bible, Allah dans le Saint Coran et le Dieu Vishnou dans les Saints Vedas », et que l’interdiction de l’usage du mot ‘Allah’ pour dire Dieu chez les chrétiens est nécessaire aux chrétiens eux-mêmes, en d’autres termes que «  le potentiel de confusion n’est pas limité aux seuls musulmans mais également bien réel pour les chrétiens ».

A la sortie du palais de justice de Putrajaya, le P. Andrew Lawrence, rédacteur en chef du Herald, a déclaré que « bien entendu» l’Eglise catholique appliquerait la décision des juges, mais que l’affaire serait portée devant la Cour fédérale de justice, dernier échelon du système judiciaire malaisien.

Il a rappelé que la portée de l’arrêt prononcé ce 14 octobre ne concernait que The Herald, mais que les chrétiens, notamment dans la partie orientale de la Malaisie, à Sabah et Sarawak, continueront d’utiliser dans leur liturgie en malais et leurs bibles en malais le mot ‘Allah’.

Sur le fond, il n’a pas caché que le jugement représentait « un pas en arrière pour la protection par la loi des libertés fondamentales des minorités religieuses [de Malaisie] ».

Pour en savoir plus sur cette affaire  se connecter au siteEglises d’Asie

Tags:
liberte religieuseMalaisie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement