Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Pape François aux jeunes : « N’ayez pas peur de choix définitifs comme le mariage ! »

Partager

A Assise, le pape encourage quelque 40 000 jeunes à avoir « le courage et la force » de ne pas suivre « la culture du provisoire ».

        « Dans une société qui privilégie les droits individuels plutôt que la famille, n’ayez pas peur de faire des pas définitifs comme le mariage » : C’est l’appel du pape François aux 40.000 jeunes ombriens réunis vendredi après-midi (4 octobre) sur le parvis de la basilique Sainte-Marie-des-Anges, à Assise.
 
 C’était au terme d’une journée riche en rencontres et émotion, dans la ville de saint François, où le Souverain pontife est venu dire à la suite du Poverello : «  Je n’ai ni or ni argent, mais quelque chose de beaucoup plus précieux : l’Evangile de Jésus ».
 
L’Evangile qui et une force et donne du sens à la vie, qui « suscite la foi » et « transforme le monde selon la volonté de Dieu », qui permet à l’homme « de lutter contre le mal et le vaincre chaque jour », a-t-il rappelé à ces jeunes, en les encourageant à ne pas avoir peur d’en « être ses serviteurs » :
 
 « L’Évangile, chers amis, ne concerne pas seulement la religion, il concerne l’homme, tout l’homme, et il concerne le monde, la société, la civilisation humaine. L’Évangile est le message de salut de Dieu pour l’humanité. Mais quand nous disons “message de salut”, ce n’est pas une façon de dire, ce ne sont pas de simples paroles ou des paroles vides comme il y en a tant aujourd’hui ! L’humanité a vraiment besoin d’être sauvée ! Nous le voyons chaque jour quand nous feuilletons le journal, ou quand nous entendons les nouvelles à la télévision ; mais nous le voyons aussi autour de nous, dans les personnes, dans les situations…; et nous le voyons en nous ! Chacun de nous a besoin d’être sauvé ! Sauvé de quoi ? Du mal. »
 
Et le mariage, la famille – « aujourd’hui si menacés par la culture du provisoire, par l’égoïsme » – ont besoin de cette force de l’Evangile, de « son fondement moral et spirituel », de  jeunes  qui n’ont pas peur de faire des choix définitifs, capables d’annoncer l’Evangile de la famille et de la vie.
 
Les jeunes, à Assise, venaient de lui poser quatre questions centrées sur la vocation, la famille, le travail et la mission. A  la question de deux jeunes époux « Qu’est-ce que le mariage ? », il reconnaît : « C’est une vraie vocation qui, comme pour le sacerdoce et la vie religieuse, demande du courage ».
 
Et il explique : «  Deux chrétiens qui se marient sont deux chrétiens qui ont reconnu dans leur histoire d’amour l’appel du Seigneur, la vocation à former de deux personnes, un homme et une femme, une seule chair, une seule vie ».  Et comme pour toute vocation, rappelle-t-il, deux choses sont nécessaires pour la remplir : «  prier et cheminer avec l’Église ».
 
 « Pensons à nos parents, à nos grands-parents ou arrières grands-parents : ils se sont mariés dans des conditions beaucoup plus pauvres que les nôtres, certains en temps de guerre, ou d’après-guerre ; certains ont émigré, comme mes parents. Où ont-ils trouvé la force ? Ils l’ont trouvée dans la certitude que le Seigneur était avec eux, que la famille est bénie par Dieu par le Sacrement de mariage, et que la mission de mettre au monde les enfants et de les éduquer est bénie. Avec ces certitudes, ils ont dépassé les épreuves les plus dures », a-t-il déclaré.
 
Et de développer : «  C’étaient des certitudes simples, mais vraies, elles formaient les colonnes qui soutenaient leur amour. Leur vie n’a pas été facile, il y a eu des problèmes, tant de problèmes, mais ces certitudes les aidaient à avancer et ils ont réussi à faire une belle famille, à donner la vie, à faire grandir leurs enfants. »
 
Le pape François a alors invité les jeunes fiancés et jeunes époux à s’approprier cet héritage, à le cultiver : «