Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le « petit miracle » de Lourdes

© Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes
Partager

Suite aux inondations, la mobilisation mondiale a dépassé les espérances : quatre millions d’euros ont déjà été récoltés. Mais la facture dépassera les 7 millions.

       Trois mois après la crue catastrophique du Gave de Pau, le Sanctuaire de Lourdes tourne une page de son histoire grâce à un élan mondial de générosité à la mesure du sinistre. « Un petit miracle », pour le frère  Olivier de Saint-Martin, directeur du grand pèlerinage du Rosaire organisé par les dominicains, qui réunit 16.400 pèlerins dont 1.400 malades et 5.000 bénévoles, entre le 2 et le 5 octobre.
 
Suite aux inondations de juin dernier, frère Olivier a tenu à mobiliser les pèlerins : « On a été émerveillés par leur réponse», confie-t-il, précisant que même si ceux-ci sont un peu moins nombreux que l’an passé (18.000), ce sont 15 trains, des avions et des bus qui « envahissent Lourdes », comme l’a rapporté La Dépêche.
 
En signe de bienvenue, avant la messe d’ouverture du pèlerinage, un arc-en-ciel a coloré le ciel de Lourdes, au-dessus de la Grotte et des basiliques, comme le montrent les images de la messe d’ouverture : ICI
 
Dès les premiers jours de la décrue et durant les mois d’été, de nombreuses dépenses ont été  effectuées pour permettre la réouverture rapide des lieux de culte et reprendre une activité de pèlerinage quasi normale. Mais les dégâts demeurent considérables : ponts fragilisés, voirie endommagée, berges du Gave affaiblies.  Selon les responsables du sanctuaire, le montant total des travaux s’élève à plus de 7 millions d’euros. (cf. Inventaire complet des dégâts et de leurs coûts).

Le programme de reconstruction « Après inondations 2013 », fixé et présenté mardi 1 octobre au matin par les responsables du sanctuaire, s’articule autour de quatre axes prioritaires : réfection, reconstruction, protection et accessibilité.

Grâce aux dons de tous « les amis de Lourdes » à travers le monde, les travaux d’urgence ont pu se faire et le recteur du sanctuaire, le père Horacio Brito, les en remercie « de tout cœur » :

« Le Sanctuaire de Lourdes appartient à tous les pèlerins. Cette certitude qui m’habite depuis longtemps s’est confirmée après les inondations. La mobilisation mondiale des bienfaiteurs de Lourdes a dépassé toutes nos espérances.  Ils avaient été déjà des milliers à nous soutenir lors de la crue d’octobre 2012…Quelques mois plus tard, les amis de Lourdes renouvellent l’exploit et amplifient leur générosité. Plus de 4 millions d’euros ont été collectés à ce jour. Je ne peux que les remercier et rendre grâce. Par leur soutien, ils nous disent que le Sanctuaire doit continuer sa mission au service de la foi. »

L’opération « Solidarité inondations 2013 » avait commencé au lendemain de la crue du Gave de Pau qui a aussi détruit une partie du sanctuaire de Lourdes.

Trois mois plus tard, ne baissons pas les bras ! Thierry Castillo, l’économiste diocésain, prévient : ces « dons couvriront les dépenses indispensables… » Mais le Sanctuaire devra faire face en plus au financement des aménagements préventifs et de protection contre les inondations ».

Pour faire un don aux Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes cliquer ICI

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]