Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Enseignement catholique : Une parole d’Evangile au fronton des écoles ?

© DR
Partager

Une idée du nouveau secrétaire général de l’Enseignement catholique, Pascal Balmand, en réponse à l’obligation d’arborer la devise républicaine « liberté, égalité, fraternité ».

    Le nouveau secrétaire général de l’Enseignement catholique, Pascal Balmand,  propose d’ajouter sur le fronton des écoles catholiques, une parole d’Evangile, à côté des drapeaux tricolores et européens et de la devise républicaine « liberté, égalité, fraternité », imposée à toutes les écoles, collèges et lycées sous contrat dans le cadre de la loi pour la refondation de l’école. Ce serait un moyen, selon lui, de marquer à la fois «l’appartenance ecclésiale» de ces établissements et le partenariat qui les lie à l’État.
 
« Une parole spécifique, une parole d’Évangile », qui pourrait être choisie librement par chaque équipe pédagogique,  a-t-il précisé mardi matin, 1er octobre, lors de sa conférence de rentrée.  Mais la phrase que lui choisirait serait : « Je suis venu pour que vous ayez la vie et que vous l’ayez en abondance » (Jean 10,10).
 
« Il ne faut pas oublier le poids de l’histoire ni ses blessures », plaide Pascal Balmand, qui suggère d’agir avec « dialogue, discernement et souplesse », rapporte Denis Peiron pour La Croix
 
 Selon lui, la présence des drapeaux français et européen, et de la devise de la République ne paraît pas « illégitime » : « Nos établissements ne relèvent pas directement de l’École « de la République », mais ils lui sont associés et constituent loyalement une École « dans la République ».
 
Mais si l’ancien directeur du diocèse de Saint-Denis ne dit pas « non » à « la laïcité républicaine », il maintient sa farouche opposition à «  la laïcité des établissements » : « Nous ne pouvons y souscrire », a-t-il redit en revenant sur le contenu de la Charte de la laïcité désormais affichée dans les écoles et établissements secondaires publics et que l’Observatoire de la laïcité voudrait voir diffuser dans les établissements privés sous contrat.
 
Même attitude par rapport à la politique gouvernementale concernant l’introduction de l’enseignement de la morale dans les futurs programmes du primaire : Pascal Balmand prend ses distances.
 
Le secrétaire général n’est « pas du tout convaincu que la morale puisse s’enfermer dans un programme et dans une heure de cours ».  La morale, poursuit-il, « c’est avant tout une vision de l’homme, incarnée dans des relations ». Elle ne saurait se résumer à « la liste de ce qu’il faut penser et de ce qu’il ne faut pas faire ».
 
En conclusion, le nouveau secrétaire général est disposé à entrer dans le jeu de la « refondation » voulue par le gouvernement, à participer aux consultations sur le métier d’enseignant, en faisant valoir « l’un des atouts » de ses écoles : « le travail en équipe et en communauté », comme le souligne Denis Peiron dans La Croix. Mais il n’est pas disposé à céder aux aspects « réducteurs » de la loi de refondation qui touchent à la vraie question qui est celle de la personne humaine.
 
« Il s’agit d’abord et avant tout d’éduquer à la liberté et de former des sujets moraux », a-t-il insisté en ajoutant : « Il ne s’agit pas de mettre en cause les programmes officiels, mais de réfléchir à ce en quoi les enseignements font grandir l’humain en chaque élève. »
 
 Le 25 septembre dernier, Pascal Balmand a rencontré le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon. Son commentaire à la sortie de l’entretien : « Il m’a écouté, j’espère qu’il m’a entendu ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]