Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Roms : le devoir de s’informer

© FRANK PERRY
Partager

Alors que les propos du ministre de l’Intérieur ont provoqué une surenchère de déclarations politiques, des catholiques appellent à une réflexion qui aille au-delà des préjugés.

« Ces populations [Roms] ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation» avec les populations locales » ; « C'est illusoire de penser qu'on réglera le problème des populations roms à travers uniquement l'insertion ». Après les propos musclés qu’a tenus Manuel Valls le 24 septembre (Le Parisien) et la polémique qui s’en finit pas de rebondir, des catholiques appellent à ne pas stigmatiser une population mais à creuser le problème en profondeur.
 
Le Secrétaire Général du Secours Catholique, Bernard Thibaud, a vivement réagi aux propos du ministre de l’Intérieur : « Reconnaître les difficultés et les tensions qui existent dans un certain nombre de communes du fait des conditions de vie très précaires des familles Roms est une chose, mais désigner – comme le fait M. Valls – une population entière, sur la seule base de son appartenance ethnique, sur des considérations générales stigmatisantes, comme "non intégrable", indésirable et donc devant être expulsée du territoire, place le débat à un tout autre niveau : la vision qu’il exprime à travers ses propos est contraire à toutes les valeurs que l’on défend ». (Secours Catholique)
 
S’appuyant sur un guide déjà publié par le collectif Romeurope, le Secours Catholique démonte en quelques paragraphes les contre-vérités les plus courantes telles que « Les Roms sont des gens du voyage », « Les Roms ne veulent pas travailler » ou encore « Les Roms profitent des prestations sociales ». Où l’on apprend par exemple que « les Roms sont au contraire un peuple sédentaire à l’origine », qu’ils n’ont accès en France « qu’à 291 métiers dits “en tension”, après la délivrance d’un permis de travail et le versement d’une taxe à l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) par l’employeur » et que leur nombre est estimé à 15 000 ou 20 000 en France. Si elles ne livrent aucune recette politique miracle, ces lignes seront utiles à qui veut se saisir de la question au-delà des lieux communs.
 
Car « on ne s’informera jamais assez », affirme Gérard Leclerc dans sa chronique lue pour Radio-Notre-Dame et publiée sur le site de France Catholique. Tout en se montrant conscient des limites de la position « de juste milieu », l’éditorialiste invoque Jacques Maritain, pour qui, explique-t-il, « un jugement prudentiel dans une matière ardue gagnait à échapper aux passions et aux solutions médiocres ». S’il en appelle au devoir de s’informer, c’est qu’à ses yeux le « problème rom » mérite plus que des invectives lancées au gré des tribunes médiatiques : « en tout état de cause, il ne s’agit pas de stigmatiser, il s’agit de saisir le problème rom à la racine ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]