Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Divorcés-remariés : y a-t-il une « autre voie » pour l’Eglise ?

© Louise ALLAVOINE/CIRIC
Partager

Après les propos du pape François aux prêtres de Rome, Vatican Insider s’interroge sur les possibilités d’évolution de la pastorale des divorcés-remariés.

« Notre devoir est de trouver une autre voie, dans la justice » pour ceux qui, après l’échec d’un premier mariage, concluent de secondes noces, a déclaré le pape François le 16 septembre en recevant le clergé de Rome à Saint-Jean de Latran. Et d’ajouter : « Cette question ne peut se réduire seulement à la question de savoir s’il est possible ou non de communier... Ceux qui posent le problème seulement en ces termes ne comprennent pas quel est le vrai problème ! C’est un grave problème qui créé des responsabilités pour l’Eglise à l’égard des familles qui vivent dans cette situation ».
 
La question des divorcés-remariés, la nullité du mariage, et des secondes noces pour les divorcés, sont des thèmes  que le pape François souhaite approfondir, dans le sillage de son prédécesseur, Benoît XVI, qui les avait à cœur : « Nous devons dire aux divorcés remariés que l’Eglise les aime, ils doivent sentir que nous faisons de tout pour les aider », avait dit ce dernier à la fête des témoignages de la grande fête des familles, au parce de Bresso, près de Milan, en juin 2012.
 
Comme Benoît XVI, le pape François souhaite que l’Eglise agisse en amont, fasse de la prévention, et il le dit dans sa récente interview à cœur ouvert, aux revues jésuites de 16 pays d’Europe et d’Amérique Latine, réalisée par le P. Antonio Spadaro, jésuite italien :

« Nous devons donc trouver un nouvel équilibre, autrement l’édifice moral de l’Église risque lui aussi de s’écrouler comme un château de cartes, de perdre la fraîcheur et le parfum de l’Évangile. L’annonce évangélique doit être plus simple, profonde, irradiante. C’est à partir de cette annonce que viennent ensuite les conséquences morales.»
 
 L’annonce au clergé de Rome que « le groupe des huit cardinaux » chargé de l’aider dans les réformes de la Curie, parlera de tout ça, a fait le tour de la planète, suscitant un vif intérêt et de nombreux commentaires.
 
 Mais peut attendre du pape une admission aux sacrements des divorcés remariés ?  Giacomo Galeazzi, journaliste à La Stampa, a posé la question à l’historienne italienne Lucetta Scaraffia, éditorialiste à l’Osservatore Romano, diffusée vendredi 20 septembre, en italien sur le site Vatican Insider.
 
 Voici la traduction de cette interview  :
 
  Giacomo Galeazzi 
 
 Q: Pardon aux femmes qui avortent, accueil des homosexuels et des nouvelles unions : ce pontificat est-il en train de changer l’Eglise?
 
Lucetta Scaraffia : « Le pape François fait la distinction entre le péché et le pécheur. Il déclare que les homosexuels ne sont pas inférieurs aux autres ni différents : le choix de comment vivre son homosexualité fait partie du mystère de chaque personne. Cette approche est la même que celle qu’il a envers les femmes qui interrompent volontairement leur grossesse et envers les nouvelles unions. Il fait la distinction entre «la condamnation » du péché et le sentiment de « miséricorde » à l’égard du pécheur : son christianisme n’est pas du puritanisme rigide sans cœur. Il efface tout moralisme rigide et insensible. Les médecins positivistes considéraient les homosexuels comme des personnes malades, alors que l’Eglise les a toujours considérés comme des êtres humains ».
 
 Q: D’où vient le « style » de François?
 
« De la profonde conscience que chaque être humain a sa spécificité. D’un bagage d’expériences humaines qui, aujourd’hui, éclairent son pontificat, réchauffent chacun de ses discours et lui donnent ce ton de vérité qui fait comprendre et aimer ses paroles. Chaque personne a son histoire, une histoire différente. C’est la raison pour laquelle François téléphone à la maison : il s’adresse non pas en général, à tous les fidèles, mais à un seul fidèle dans son unicité. La conduite du pape n’est ni une question  d’idéologie, ni une question de règles: il observe et comprend ce qui se passe dans le monde. Sur les divorcés remariés, le tournant se fera à partir d’un changement culturel qui saura expliquer le sacrement du mariage aux femmes et aux hommes de notre temps.  L’Eglise ne saurait être une dispensatrice rigide de jugements, elle doit toujours être prêtre à accueillir les pécheurs, c’est-à-dire tout le monde. La miséricorde est le signe distinctif du chrétien, qui signifie « accueil » du pécheur et « pardon » 

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]