Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sénégal : l’île de l’harmonie entre chrétiens et musulmans

© DR
Cimetière de Fadiouth . Sénégal
Partager

Dans l’île de Fadiouth, très majoritairement chrétienne, les habitants pratiquent leur foi en se respectant, au point d’enterrer leurs morts ensemble.

Les habitants de Fadiouth, une île à  100 kms du sud de Dakar, vivent en harmonie. Le christianisme, l'islam et la religion traditionnelle y cohabitent en paix, chacun pratiquant sa foi dans le respect de celle de l'autre, rapporte le quotidien sénégalais Le Soleil dans un article lu sur le site AllAfrica
 
Il est vrai que la population de Fadiouth est à 90 % chrétienne et seulement à 10 % musulmane, quasiment l'inverse du reste du Sénégal.
 
Selon l’imam de la grande mosquée de l’ile, « C'est l'unité du sang qui a précédé en eux les appartenances religieuses », et cette unité est « le socle de cette bonne cohabitation ».
 
En effet, confirment trois cousins de la localité, comme pour eux, « dans chaque famille on trouve des chrétiens et des musulmans ayant des parents en commun », et chacun pratique son culte, tout en raffermissant davantage les liens de parenté qu'ils ont en commun.
 
Au point que les cimetières de Fadiouth, situés sur une autre île juste en face, accueillent les morts sans distinction de leur appartenance religieuse. 
 
Quand l'ouragan Cindy a détruit l'église Saint François-Xavier en 1999, c'est ensemble que les 3000 habitants de Fadiouth ont rebâti l'église, « main dans la main, chrétiens et musulmans », raconte de son côté l'abbé Paul Ndour, sur le site de la Paroisse Saint-François–Xavier des Missions étrangères à Paris.
 
« Chrétiens comme musulmans, nous sommes allés chercher du sable. Chrétiens comme musulmans nous avons fait de l'église une affaire qui est la nôtre, donc l'affaire de tout Fadiouth, pas seulement celle des chrétiens. Non seulement les musulmans ont participé aux travaux mais ils ont donné un appui financier… Ils sont allés jusqu'au bout de leur acte », témoigne-t-il.
 
Elhadji Cheikhou Diokh l'imam du village ajoute : « C'est la paix ici ! C'est comme si nous étions tous d'une même mère. Catholiques et musulmans ne font qu'un. […] Il a fallu l'aide de nos parents catholiques pour que l'on arrive à bâtir la mosquée. Ensemble, on est parti chercher du sable au fond de l'eau, le même scénario quand il s'est agi de reconstruire l'église. Nous remercions le bon Dieu de cette cohabitation harmonieuse ».
 
Un paroissien résume en rappelant : « Nous enterrons nos morts dans le même cimetière. », voulant dire par là que ce peuple est rempli, même au delà de la mort, des vertus de tolérance, d'amour et de respect du prochain prônées par les religions du livre, commente le père Ndour.
 
Aujourd'hui le village a retrouvé son église…
 
Pour en savoir plus sur cette ile « au charme mystique » et « rayonnante de chaleur humaine », comme la décrivent ses habitants, à lire aussi l’article de Mamadou L.CAMARA & Mbaye THIAM sur Seneweb.
 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]