Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ecologie : Protéger l’Amazonie, une priorité pour l’Eglise

© Manuel Boissière/CIRAD/CIF OR
Sauver l'Amazonie !
Partager

Le pape François demande que tous les moyens soient mobilisés pour préserver la biodiversité de ce poumon de la planète.

L’Amazonie est en danger.  Et le pape François le sait pertinemment. D’où ces paroles qu’il a adressées aux évêques brésiliens, durant son séjour au Brésil, le géant du Sud, à l’occasion de la Journée mondiale pour la jeunesse (JMJ): « l’Amazonie est un test décisif, un banc d’épreuve pour l’Eglise et la société brésiliennes ».
 
Les données qui ressortent des études et recherches effectuées par les Brésiliens eux-mêmes et par les sociétés internationales de préservation de l’environnement ne laissent place à aucun doute.  Selon l’Institut de l’Homme et de l’Environnement de l’Amazonie, en 2012, « l’Amazonie brésilienne a perdu  487 kilomètres carrés de zone forestière, soit 377% de plus que dans le même mois de 2011. »
 
« Faites preuve de courage», a lancé le Pape François aux évêques
 
Le “test” pour l’Eglise et pour la société est considérable.  Rappelons que la forêt amazonienne couvre 6.7 millions de kilomètres carrés,  compte 30 millions d’habitants, et abrite 40 000 espèces de plantes, 3 000 espèces de poissons et quelque 300 000 d’ oiseaux.  Cette biodiversité est menacée de disparition.
 
Et si l’Eglise aime la vie, a souligné le Pape François, elle ne peut laisser perdre ni la vie spirituelle des 30 millions de Brésiliens qui habitent l’Amazonie, ni des espèces qui sont nécessaires pour maintenir la chaîne écologique et la biodiversité mondiale.
 
Selon les rapports de la World Wild Foundation, sont encore préservés 83 %  des habitats naturels de la forêt amazonienne, considérée comme une des sept merveilles du monde.  Mais au rythme de destruction actuel, en 2050 la moitié de la forêt sera perdue.  Sa perte devrait entraîner de graves conséquences pour l’Amérique du Sud et pour toute la planète.
 
C’est la raison pour laquelle, la Commission épiscopale pour l’Amazonie, présidée par le cardinal Cláudio Hummes, archevêque émérite de San Pablo, stimulée par les paroles du Saint-Père, a décidé d’organiser une grande Rencontre à Manaos, en octobre de cette année.
 
Le Pape François a redit que l’œuvre de l’Église doit être stimulée et relancée davantage. En effet  « Il faut des formateurs qualifiés, surtout des professeurs de théologie, pour consolider les résultats obtenus dans le domaine de la formation d’un clergé autochtone », et aussi pour avoir « des prêtres qui s’adaptent aux conditions locales, et consolider, pour ainsi dire, le ‘visage amazonien’  de l’ÉgliseSur ce point, je vous en conjure, soyez courageux “, a adjuré le Pape
 
La conférence d’ Aparecida et le Pape Benoît XVI
 
« Ce sera la première fois qu’un congrès réunira des évêques, coordinateurs pastoraux, laïcs, instituts et invités de toute l’Amazonie, afin que nous puissions tous ensemble débattre et planifier les projets de  2014 », a expliqué Sœur Irene Lopes, attachée de presse de la Commission.
 
En 2007, durant la Vème Conférence de l’Episcopat latino-américain  et des Caraïbes, à Aparecida, le pape  Benoît XVI avait souligné l’importance que l’Eglise brésilienne défende l’Amazonie
 
Au numéro 475 du document final d’Aparecida, rédigé notamment par le cardinal Jorge Mario Bergoglio,  les évêques d’Amérique latine et des Caraïbes ont demandé de  « créer une prise de conscience dans les Amériques sur l’importance de l’Amazonie pour toute  l’humanité » et d’établir « entre les Eglises locales des divers pays sud-américains qui sont dans le bassin de l’Amazonie, une pastorale d’ensemble avec des priorités différenciées pour créer un modèle de développement qui privilégie les pauvres et serve le bien commun ».

Plus loin, les prélats du  continent ont demandé de « soutenir l’Église qui vit en Amazonie, avec les moyens financiers et humains nécessaires, pour qu’elle continue à proclamer l’évangile de la vie et qu’elle développe son travail pastoral dans la formation de laïcs et de prêtres à travers des séminaires, cours, échanges, visite de communautés et matériel éducatif ».
 
La Conférence des évêques qui œuvrent dans ce poumon de l’humanité se sont déjà donné pour tâche de traduire en actes les idées émises à Aparecida et encouragées par les paroles du pape François.

Traduit par Elisabeth de Lavigne

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]