Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 octobre |
Saint Ignace d'Antioche
Aleteia logo
home iconAu quotidien
line break icon

L’enseignement catholique est apprécié des Français

Sophie le Pivain - Publié le 03/09/13

De l’école à la formation universitaire, l’enseignement catholique a plutôt la cote en France. C’est ce que montrent deux enquêtes parues récemment.

Six Français sur dix ont une bonne image de l’enseignement catholique, nous apprend un sondage réalisé par Harris Interactive pour La Vie. Un taux qui monte à 85% parmi les Français dont les enfants sont actuellement scolarisés dans le privé.

En tête des raisons invoquées par les personnes qui envisageraient de scolariser leur enfant dans le privé : « La discipline et l'autorité sont respectées » ; « L'enseignement est de bonne qualité » ; « Les valeurs morales sont bien transmises aux élèves ».

Un bémol à la popularité du privé, « on retrouve le clivage catholique et sympathisants de droite d'un côté, majoritairement ouverts à une inscription, et les personnes proches de gauche et sans religion d'un autre côté, qui sont majoritaires à ne pas pouvoir l'envisager », analyse  La Vie.fr.

En effet, « chez une majorité de catholiques et de personnes proches de la droite, l'enseignement catholique a une image positive (77% et 82%), à l'inverse des personnes sans religion et des sympathisants de gauche qui en ont majoritairement une mauvaise image (64% et 56%).

Quant à l’enseignement catholique supérieur, il a connu ces dernières années un grand boom, puisque « Les effectifs de ces établissements privés ont gonflé de 38 % en six ans », nous apprend Le Figaro Etudiant, à partir d’une note publiée au mois de juillet par le ministère de l’Enseignement supérieur.

Ainsi, « les cinq universités catholiques françaises comptaient plus de 26.000 étudiants dans leurs rangs en 2011. Ils étaient moins de 20.000 en 2005. » Si elles sont habilitées à offrir des cursus menant aux diplômes canoniques délivrés par le Vatican, plus de quatre étudiants sur cinq viennent y suivre un cursus tout à fait classique. Elles accueillent un public plus qualifié et favorisé que les facultés publiques. Alors qu’à l’université, le taux de passage des nouveaux bacheliers en deuxième année de licence est de 43,1 %, il grimpe à 65,5 % dans les instituts catholiques.

Tags:
Éducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
2
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
3
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
4
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
7
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement