Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

« Je n’arrive pas à mettre l’évangile en pratique, pourquoi continuer d’aller à la messe ? »

© P.RAZZO / CIRIC
Echanges de paix lors de la messe
Partager

La messe a une valeur en soi mais nous ne sommes pas chrétiens seulement une heure par semaine

Depuis trois ans et neuf mois, je vais à la messe tous les dimanches. Je crois, mais j’ai toujours autant de doutes. A  quoi bon aller à la messe tous les dimanches ?

Emanuele Salerno

Cher Emmanuel, la messe a une valeur en soi,  et cela n’a pas de sens de ne pas y participer parce qu’on ne réussit pas à mettre en pratique l’Evangile. D’un autre côté, la messe ne peut être réduite à une habitude extérieure sans effet sur la vie: nous ne sommes pas chrétiens seulement une heure par semaine, mais tous les jours.

Ne plus aller à la messe parce que la vie ne change pas, c’est une tentation. Mais nous  pouvons la vaincre en participant activement à la liturgie et, avec la force qui vient de l’Eucharistie, nous comporter en vrais chrétiens dans chaque situation. C’est pourquoi la Constitution Sacrosanctum Concilium affirme que « la Liturgie est le sommet auquel tend l’action de l’Eglise, et en même temps la source d’où découle toute sa vertu ».

Ainsi lit-on également dans l’introduction au Missel romain: « La célébration de la Messe, en tant qu’action du Christ et du peuple de Dieu ordonné hiérarchiquement, constitue le centre de toute la vie chrétienne […]. Dans la Messe, en effet, on trouve le sommet aussi bien  de l’action avec laquelle Dieu sanctifie le monde dans le Christ, que du culte  que les hommes rendent au Père, en l’adorant à travers le Christ, Fils de Dieu dans l’Esprit Saint ».

Le cœur de toute la vie chrétienne est l’amour de Dieu et du prochain, et cet amour trouve sa source précisément dans l’Eucharistie, qui est le sacrement de l’amour. Par l’Eucharistie, en effet, nous sommes remplis de l’amour de Dieu, nous participons à la vie divine qui nous est communiquée dans le corps et le sang du Christ. Avec ce don qui nous révèle l’amour insondable et gratuit de Dieu, naît en nous une vivante réponse d’amour. «Non seulement nous connaissons l’amour, mais nous commençons nous-mêmes à aimer.Nous entrons, pour ainsi dire, dans la voie de l’amour, et nous réalisons des progrès sur cette voie. L’amour qui naît en nous de l’Eucharistie se développe, s’approfondit et se renforce en nous grâce à elle. » (Dominicae cenae n. 5).

Si nous comprenions, ne serait-ce qu’un peu, le don unique de l’Eucharistie, et si nous participions vraiment, avec tout notre cœur, avec les paroles et les gestes, au mystère qui est célébré sur l’autel, nos célébrations ne seraient pas aussi fatiguées et notre vie chrétienne ne serait pas aussi superficielle. 

Pour combler l’écart qui existe entre messe et vie, il faut s’efforcer de mettre en pratique l’Evangile, ne serait-ce  qu’un  « tout petit peu chaque jour ». Dans le même temps, participer jusqu’à la fin à la messe, en vivant en plénitude ce que les paroles et les gestes signifient, nous laissant transformer par le Seigneur, par son amour qui pour nous se fait nourriture et boisson.

 Le pain et le vin que nous présentons à l’autel nous rappellent d’une manière spéciale le lien entre la liturgie et la vie. Ils représentent notre participation à l’offrande du Christ, le don de nous-mêmes, de nos vies à Dieu et à nos frères et sœurs, en particulier les plus pauvres.

 Dans le même temps, comme le pain et le vin par l’opération de l’Esprit Saint sont transformés en corps et sang du Christ, nous aussi, en nous nourrissant du Christ, nous sommes transformés en Lui, nous devenons en Lui un seul corps et un seul esprit (comme le dit la troisième prière eucharistique).

Ce n’est pas par hasard que  l’Eucharistie a les apparences du pain et du vin, c’est-à-dire de nourriture et de boisson. De cette façon, en effet, est étroitement liée à notre vie, la nourriture dont nous avons besoin pour marcher vers le salut éternel.
 

Tags:
messe
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]