Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconÉglise
line break icon

Témoignage : Giulia (1997-2011), une adolescente dont l’histoire a bouleversé ses médecins

@DR

Benedetta Consonni - Quotidiano Meeting - Publié le 22/08/13

Racontée au Meeting de Rimini, l’histoire bouleversante de foi et d’humanité d’une jeune italienne de quatorze ans, morte d’un cancer.


La passion de la vie, de l’écriture et du shopping. Une petite fille normale d’une école secondaire, mais à qui a été réservée une épreuve spéciale. Elle s’appelait Giulia Gabrieli et son histoire a été racontée au Meeting de Rimini, le dimanche 18 août, lors de la rencontre intitulée “Hôpitaux, médecins et soins. Comment Giulia a effacé toute distance”.

Lors de la réunion, parrainée par l’association  Médecine et Personne, ont pris la parole deux médecins, Pieremilio Cornély et Massimo Provenzi, et une infirmière, Bruna Togni, qui l’ont soignée.
Née à Bergame 3 Mars 1997, Julia a douze ans, quand on lui découvre un sarcome au bras gauche. Elle suit des chimiothérapies, semble guérir, mais est victime d’une récidive, qui l’emportera au ciel le 19 Août 2011.

Non seulement elle avait poursuivi ses études jusqu’au bout et passé brillamment ses examens au collège, mais son enthousiasme pour la vie et sa foi devinrent un témoignage pour son entourage.  A commencer par les médecins de l’hôpital Beato Giovanni XXIII (Bienheureux Jean XXIII) de Bergame. « Julia a fait comprendre aux médecins qu’ils ont la même  humanité que leurs patients – explique Paola Marenco, de Médecine et Personne, modératrice de la réunion. Habituellement, en effet, les médecins maintiennent une certaine distance avec le patient.».

Giulia, forte de sa joyeuse certitude d’être accompagnée par le Seigneur, a aboli cette distance entre le patient et le médecin. «Medicina e Persona a voulu proposer ce témoignage, car en cette période d’urgence sanitaire– poursuit Paola Marenco –dans laquelle on ne parvient pas à répondre à tous les besoins, l’important est de se concentrer sur ce qui constitue le réel besoin de l’homme. Nous devons prendre soin de toute la personne ».

L’histoire de Giulia est devenue un livre, où elle se confie : “Un gancio in mezzo al cielo”  (Un crochet dans le ciel) (éditions Paoline). Entre les pages le témoignage de sa foi et quelques lignes qui font sourire. Comme lorsqu’elle parle de ses «super héros », les médecins, «qui sauvent tous les jours la vie de personnes que la plupart du temps ils n’ont jamais vues auparavant».

Les moments sombres n’ont pas manqué. « Je n'arrêtais pas de dire à mes parents : mais où est Dieu ? Maintenant que je suis très malade, où est Dieu, Lui que je peux prier, qui peut faire de grands miracles, qui peut soulager toutes les souffrances, pourquoi ne me les enlève-t-il pas toutes ? Où est-t-il ? Pourquoi se contente-t-il de regarderJ’étais en colère ces jours-là, j’ai fait des efforts énormes pour prier, c’était très difficile».

L’aide est venue quelques jours plus tard, dans la basilique Saint-Antoine de Padoue, où Giulia a reçu le réconfort du Seigneur. «Je suis entrée dans une grande colère, en larmes, dans un état pitoyable, et je suis sortie de la basilique avec un sourire « à cinquante dents », avec la joie de Dieu qui ne m’a jamais abandonnée. Jamais».

La veille de sa mort, Giulia a terminé le texte d’une petite couronne de gratitude au Seigneur. Giulia ressentait le besoin de remercier: « Dans nos prières, dans nos litanies, nous avons toujours quelque chose à demander pour nous ou pour les autres. Jamais on ne pense à dire simplement merci, sans rien demander en retour ».

Une joie qui est possible seulement grâce à cette prise de conscience: « Parce que je sais maintenant que mon histoire ne peut se terminer que de deux manières: soit grâce à un miracle, avec guérison complète, que je demande au Seigneur parce que j'ai tellement de projets à mettre en route. Et je voudrais les réaliser moi-même. Ou bien  je rencontre le Seigneur, ce qui est une belle chose. Deux belles fins ….».

Traduit de l'italien pour Aleteia par Elisabeth de Lavigne.



































































Tags:
EnfantsFoi
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement