Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconPolitique
line break icon

France : La police de l’opinion

© Gérard JULIEN / AFP

Manifestants de la "manif pour tous" face à la police

Philippe de Saint-Germain - Liberté politique.com - Publié le 09/08/13

France, ta liberté chérie fout le camp ! C'est le thème du nouveau numéro de Liberté politique que présente son rédacteur en chef.

Article rédigé par Au sommaire de "Liberté politique" n° 60, juillet 2013, le 25 juillet 2013

La France, patrie de la liberté, est-elle devenue le pays de la pensée conforme, surveillée par la police, encadrée par la justice, calibrée par l’État ? La question peut prêter à sourire. Exagération… Pourtant, quand le vote d’une loi donne lieu à un millier de gardes à vue d’opposants pacifiques, dont le seul crime est d’avoir manifesté publiquement leur opinion, c’est qu’un désordre politique profond s’est installé dans le pays.

Ce désordre peut être le fruit des circonstances. De la fébrilité d’un gouvernement faible et maladroit. Il peut être aussi l’héritier d’une longue dérive qui, imperceptiblement, révèle un vice intérieur aux racines lointaines.
La pression des modes intellectuelles, plus ou moins manipulées par les médias, eux-mêmes miroirs de l’époque, et par les multiples relais idéologiques et les puissances d’intérêt, est une chose, mais quand la loi se fait l’instrument du conditionnement de la parole et de l’esprit, c’est qu’il se passe quelque chose de nouveau.

Prenons un exemple. Il est difficile de ne pas voir dans l’opprobre jeté sur l’ancien député Christian Vanneste, en 2005, et quoi qu’on pense de ses propos sur l’homosexualité, le symbole de la foudre du tabou collectif, et le signe d’un archaïsme culturel et politique où le débat, jusque dans sa vigueur, est remplacé par le tribunal de la pensée. Tribu, tribunal : le groupe élimine le différent. Plus tard, c’est le journaliste Eric Zemmour qui fera les frais de cette mécanique de la punition intellectuelle, dans des conditions analogues.
Aujourd’hui, la politique du gouvernement socialiste à l’égard des opposants à la loi Taubira procède de la même logique, mais trahit une évolution dans le traitement de la liberté d’expression. La victime n’est plus un individu, mais un groupe. Certes, la répression ouvertement engagée sera peut-être maîtrisée par des responsables raisonnables ; cette répression sera peut-être jugée douce, le mouvement idéologique qui l’inspire lui ne l’est pas, et c’est bien une question sur l’évolution du régime politique lui-même qui est posée, comme se la pose la présidente de La Manif pour tous, Ludovine de La Rochère, dans la préface du livre de François Billot de Lochner, La Répression pour tous [1]Sommes-nous, oui ou non, dans une démocratie d’exception ?

Car le sectarisme de la pensée a bien trouvé son bras séculier dans la loi, de telle sorte qu’il est permis de conclure au retour du délit d’opinion en France. L’exemple du jeune Nicolas Bernard-Buss, ce jeune militant anti-« mariage » gay condamné à quatre mois de prison dont deux mois fermes avec mandat de dépôt (peine ramenée à vingt jours, ce qui n’est pas moins scandaleux),  est d’une sévérité sans égale, quand des racailles qui rançonnent des trains de voyageurs sont relâchés sans autre forme de… procès.
Le problème n’est pas celui de l’effet d’une éventuelle récidive, c’est bien celui du motif du jugement. Nicolas et ses amis commettent le délit d’opposition publique, sur un sujet dit de société, et en dehors des usages politiciens. Car leur résistance n’est pas politique, mais culturelle. Depuis la loi Gayssot du 13juillet1990, Pierre Nora constatait en 2008 que l’État se faisait l’instrument d’une « vérité légale ». Une pratique de « régime totalitaire », disait-il. De fait, au-delà de l’opinion d’ordre scientifique, il n'est plus possible d'exprimer publiquement un grand nombre de positions. En 2004, avec la création de la Halde, remplacée par le Défenseur des droits, une véritable police de la pensée s’est mise en œuvre malgré les tentatives de la Commission nationale consultative des droits de l’homme pour en limiter les effets.

Toute opinion est devenue une agression en puissance, et jugée comme telle si elle ne convient pas aux idées dominantes. N’importe quelle officine autoproclamée dépositaire de la pensée conforme, ou des droits de telle ou telle communauté d’intérêts, peut recourir aux tribunaux pour chasser les délinquants de la pensée, avec la complicité de la loi et des puissances d’établissement…
Avec la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux personnes de même sexe, une loi voulue comme un texte changeant la civilisation (sic), le choc de l’État tout puissant avec l’opposition de la société civile pose crument la question de la liberté d’expression des consciences dans un régime s’inspirant des principes de la Modernité.

Philippe de Saint-Germain

Découvrez Liberté politique :
Liberté politique n° 60, été 2013, 200 p., 20 €
Le sommaire détaillé du numéro 
Commandez en ligne (l'abonnement annuel = 4 n°, 62 € – étudiant, 31 €)
Avec les articles de François Billot de Lochner, Pierre Bilger, Thibaud Collin, Roland Hureaux, Thierry Giaccardi, Éric Iborra, Pierre-Olivier Arduin, Henri Hude, Emmanuel Tranchant, Nicolas Mathey, Jean-Germain Salvan, Nicolas Bonnal, Hélène Bodenez…

Liberté politique, la revue d'idées chrétienne de référence.
 Tous les trois mois, des articles d'analyse, d'approfondissement et de prospective pour lire le monde avec l'intelligence de la foi.
[1] François Billot de Lochner, La Répression pour tous, Lethielleux-F.-X. de Guibert, juin 2013.

Tags:
la manif pour tousmariage homosexuelpolice
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement