Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Emmanuel Zemmour (UNEF) contre « les catholiques »

C.G.P.Grey http://www.cgpgrey.com/
Partager

Quand le président de l'UNEF s'en prend aux catholiques à propos...du voile islamique !

Connaissiez-vous Emmanuel Zemmour ? Moi non plus. J'apprends que c'est l'actuel président de l'UNEF, syndicat étudiant qui est l'annexe de deux partis politiques. Les téléspectateurs ont découvert M. Zemmour hier soir, pendant les vingt secondes où il est apparu pour s'en prendre aux catholiques.

Pourquoi ça, en plein mois d'août ? Parce que les télévisions réagissaient au rapport du Haut Conseil à l'intégration (HCI) sur les « signes religieux dans les salles de cours et de recherche à l'Université ». Le HCI prône l'interdiction de ces signes. Il vise évidemment le seul signe religieux un peu voyant, constatable en 2013 parmi les étudiant(e)s : autrement dit le voile islamique… C'est la raison de l'ire de M. Zemmour. Il juge scandaleux qu'on pense au voile. On devrait plutôt s'en prendre, s'écrie-t-il, « aux millions dépensés par l'Etat pour les catholiques !».

M. Zemmour déplace le problème. Si l'Etat donnait de l'argent « aux catholiques », ça n'aurait rien à voir avec la question des voiles dans les salles de cours.  Et l'Etat donne-t-il de l'argent « aux catholiques » ? M. Zemmour est étudiant en économie, mais doit posséder des notions de culture générale : par exemple, savoir que la République « ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte » (article 2 de la loi de 1905).

Alors de quoi parle-t-il ?
– d'argent dépensé à entretenir des églises ? Il devrait savoir qu'elles ne sont pas propriété « des catholiques » mais « de l'Etat, des départements, des communes et des établissements publics de coopération intercommunale ayant pris la compétence en matière d'édifices du culte » (article 12) ;
– d'aides publiques à des établissements d'enseignement privé ? Il devrait savoir que ces aides ne vont qu'aux établissements « ayant passé un contrat avec l'Etat », contrat imposant l'alignement sur les contenus pédagogiques de l'Education nationale. (La dérive idéologique de ces contenus crée d'ailleurs un malaise des catholiques dans nombre d'écoles… catholiques) ;
– du régime spécial bénéficiant aux cultes chrétiens et juif du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle ? Hérité de la législation allemande et maintenu après 1918 par la volonté des populations, ce régime sera supprimé un jour ou l'autre ; il n'y a pas de quoi en faire un argument.

On voit qu'Emmanuel Zemmour raconte n'importe quoi dans le domaine religieux. Il suit l'exemple de Vincent Peillon et Jean-Luc Mélenchon, avant d'imiter leur carrière politique, selon le tropisme des « syndicalistes » (?) lycéens et étudiants depuis les années 1980.
 
Reste le problème des « signes religieux dans l'espace public ». La classe politique est en porte-à-faux sur ce sujet. Ne s'en prendre qu'aux voiles ou aux calottes blanches serait discriminatoire, donc illégal. Mais à quoi d'autre s'en prendre pour la symétrie ? On voit très peu de kippas dans les facs, et blesser la communauté juive serait de mauvais goût. Quant aux chrétiens, ils ne portent aucun signe distinctif.

Néanmoins la classe politique fait ce qu'elle peut pour s'en prendre à des chrétiens (afin de pouvoir s'en prendre « aussi » aux islamistes). Ses tentatives sont grotesques. Il y eut Luc Ferry prétendant que des écoliers banlieusards « chrétiens assyriens » portaient « de grandes croix » et qu'on devait les leur ôter ; il ne savait ni de qui ni de quoi il parlait, et dut se taire sous l'indignation générale.

Aujourd'hui, le rapport du HCI affirme (afin de pouvoir s'en prendre « aussi » au voile) que la menace chrétienne persiste sous d'autres formes, et cette allégation est aussi risible que celle de Luc Ferry. Lisons Le Monde, 6/08 : « Le rapport évoque aussi, sans les quantifier ni les situer, des atteintes à la laïcité ''dans certaines universités où des tenants de courants chrétiens évangéliques ou néobaptistes critiquent les théories darwiniennes de l'évolution au profit de thèses créationnistes. Ailleurs, des écrits de Voltaire, de Pascal ou de Camus peuvent être rejetés…'' »

Casées dans le rapport pour tenter d'inventer une symétrie entre islamistes et chrétiens, ces allégations ne correspondent à aucun fait : elles ne sont qu'une clause de style, un élément-de-langage, un copié-collé, perpétuellement reproduit et dont l'origine n'est pas en France mais aux Etats-Unis – où la situation est autre, puisqu'il s'agit là-bas d'universités privées financées par des groupes protestants fondamentalistes et diffusant institutionnellement des idées contraires aux sciences du vivant. Transposer ça dans le paysage français pour s'en prendre à de simples individus, mystérieux étudiants « chrétiens » qui commettraient un délit de pensée, relève de la bouffonnerie… Le HCI serait bien en peine d'en donner un seul exemple, daté et situé ! Et à supposer qu'il y ait, quelque part dans une fac, deux ou trois étudiants assez confus pour croire que l'homme cohabitait avec les dinosaures, ils ne susciteraient que l'hilarité des autres. Où serait la « menace pour la laïcité » ?

Ce qui devrait plutôt faire peur est la bêtise des puissants, et notre classe politique en est l'illustration.
 
Article publié en partenariat avec le blog de Patrice de Plunkett
 

Tags:
laicite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]