Aleteia

JMJ Rio : la potion magique !

© GREG WOOD / AFP
Le succès des JMJ - Photo des JMJ de Sydney en 2008
Partager
Commenter

Les jeunes du monde en éclaireurs d’une espérance et d’une foi enthousiastes : c’est le code secret des JMJ décrypté par le cardinal Rylko.

 
« Vous êtes l’espérance du pape, vous êtes l’espérance de l’Eglise », s’était exclamé  le bienheureux Jean-Paul II, en  1987, à Buenos Aires, devant les milliers de jeunes en fête rassemblés pour les premières JMJ hors de Rome.
 
C’est ainsi qu’est né un évènement ecclésial, qui s’est ensuite répété dans diverses parties du monde et a vu des millions de jeunes témoigner de leur foi autour des papes : d’abord le bienheureux Jean Paul II, puis Benoît XVI et, la semaine prochaine à Rio de Janeiro, le pape François …
 
Quel est donc le secret d'un tel engouement pour les Journées mondiales de la jeunesse ?
 
Roberto Piermarini, journaliste à Radio Vatican, a posé la question au cardinal Stanislaw Rylko, président du Conseil pontifical pour les laïcs, l’organe du Vatican qui coordonne l’ensemble des JMJ.

R :  Cette question revient sans cesse. Beaucoup s’interrogent: comment se fait-il qu’à une époque de sécularisation galopante comme la nôtre, l’Eglise ait une telle force d’attraction pour les jeunes générations, qu’elle réussisse à inciter les jeunes du monde  à répondre aussi nombreux à l’invitation du Saint-Père ?
 
« Ce que les jeunes recherchent dans les JMJ, c’est le Christ lui-même ! » avait dit un jour le Bienheureux Jean Paul II. Dans un monde de confusion, où tant de certitudes s’écroulent, beaucoup de jeunes découvrent chez le Christ un Ami en qui ils peuvent avoir confiance, un Guide sûr, le Rocher sur lequel bâtir son existence. Ils découvrent ensuite dans l’Eglise – souvent présentée par les médias comme une institution froide et éloignée de l’homme  – une compagnie d’amis…une vraie famille aux dimensions planétaires !

Q. – Quelles sont les nouveautés des JMJ Rio2013 ?

R. – Elles sont importantes. Tout d’abord, après 26 ans, c’est le retour des JMJ en Amérique latine. Ensuite, alors que le pape Benoît XVI a choisi Rio de Janeiro pour la célébration des Journées et guidé le parcours de préparation pastorale avec son profond Message, ce sera le pape François qui présidera l’évènement, le premier pape latino-américain.
 
Par ailleurs, même si le principe de départ ne change pas, chaque édition des JMJ est différente, car liée au contexte culturel et religieux de l’Eglise et du pays d’accueil. Ainsi à  Rio, les beautés naturelles de la ville  carioca, l’imposante statue du Christ Rédempteur en haut du Corcovado seront incontestablement des facteurs dominants.
Sans compter la foi du peuple latino-américain (plus encore celle des Brésiliens!) – une foi exubérante, enthousiaste, de joie … un élément qui caractérisera aussi ces JMJ.
 
Q. – Quelle empreinte veut-on donner aux JMJ de Rio avec le thème « Allez ! De tous les peuples faites des disciples… » ?

R. – Dans le cadre de l’Année de la foi et du Synode des évêques, Benoit XVI a interpellé les jeunes pour qu’ils soient aient un vrai rôle à jouer dans l’annonce de l’évangile au monde actuel. Les JMJ ne sont rien d’autre qu’une « nouvelle évangélisation en marche », disait-il,  l’endroit où naît « une nouvelle manière,  rajeunie, pleine d’enthousiasme et de joie de la foi ».

Et les appels fréquents du pape François vont dans cette direction: « les jeunes doivent dire au monde: il est bon de suivre Jésus; il est bon de sortir de soi-même pour aller jusqu’aux périphéries du monde et de l’existence pour porter Jésus… ». Les JMJ de Rio sont donc typiquement missionnaires.
 
Q – Card. Rylko, en 26 ans, qu’est-ce qui a changé pour les JMJ après les Journées historiques de Buenos Aires en 1987, la terre du pape François? Les jeunes ont-ils changé ?

R. – Après presque 30 ans d’histoire, les JMJ sont un très bel observatoire pour voir comment évoluent la jeunesse du monde, et aujourd’hui celle-ci a profondément changé. Dans les années 80, les courants culturels de 68 étaient encore perceptibles, marquées par : une forte polarisation idéologique  (communisme/capitalisme), une contestation généralisée et radicale du monde environnant par les jeunes, l’utopie de pouvoir créer un monde différent…
 
Aujourd’hui nous assistons à des scénarios culturels, sociaux, économiques, politiques et religieux totalement nouveaux. ..Les jeunes sont pour ainsi dire un sismographe très sensible… Les grands défis  à relever aujourd’hui sont la « crise de Dieu »  et le fait que l’homme l’a gommé de son horizon, jusqu'à remettre en question l’existence même de l’être humain. Dans ce contexte de défaillance culturelle, morale et religieuse, les JMJ se transforment en « laboratoire » de la foi pour rechercher de nouvelles formes de dialogue, des formes plus efficaces, pour un dialogue entre l’Eglise et les jeunes. Comme a dit notre Bienheureux Jean-Paul II : « L’Eglise a tant de choses à dire aux jeunes et les jeunes ont tant de choses à dire à l’Eglise » (Christifideles laici, n.64).
 
Mais les JMJ révèlent aussi que les jeunes sont engagés dans une sorte de « révolution silencieuse », qu’un grand nombre d’entre eux redécouvre le Christ qui a dit « je suis le chemin, la vérité et la vie… »  
 
Q. – On a tendance à penser qu’une fois les JMJ terminées, vécues comme un moment de fête et de communion, les jeunes rentrent chez eux et tout est fini. En réalité, quels sont les fruits à ce jour de cette intuition prophétique de Jean-Paul II ?

R.  Ceci est l’un des gros défis pastoraux de ces JMJ : jeter des ponts entre ces évènements d’une extraordinaire beauté et la vie de tous les jours dans les diocèses, les paroisses, les associations et les mouvements d’Eglise – et en particulier avec le quotidien de chaque jeune…  Les JMJ ce n’est pas seulement une célébration de cinq jours en présence du pape… Il ne faut pas voir comme ça !
 
Les JMJ sont une semence de l’Evangélique qui doit produire du fruit, elles demandent une préparation et un suivi. Nombreux sont alors les fruits spirituels, parfois radicaux: conversions, changements de vie, appels au sacerdoce ou à la vie consacrée, au mariage chrétien ; découverte du sacrement de la réconciliation, et de la prière en général…
 
Les JMJ ont fait naître une nouvelle génération de jeunes – des jeunes qui ont dit « oui » au Christ et à son Eglise – mais aussi une nouvelle génération d’agents pastoraux, plus sensibles aux besoins spirituels des jeunes…
 
Q. Que peuvent représenter ces JMJ pour le Brésil en particulier?

R.  On parle aujourd’hui du Brésil comme étant une grande puissance économique mondiale  émergente mais c’est en même temps un pays confronté à de graves difficultés sociales, culturelles et religieuses, dues justement à cet essor très rapide. Je pense que les JMJ de Rio seront l’occasion de rappeler à tous que les jeunes générations sont un « bien commun », le plus précieux de notre société,  et qu’ils doivent constituer le cœur de tout projet de développement…. En ce moment, les jeunes Latino-américains ont besoin d’un nouveau souffle d’espérance, d’une espérance que les JMJ sauront donner.
 
L’Eglise du Brésil attend elle aussi beaucoup de ces Journées. La piété populaire – grande richesse de l’Amérique Latine –  se heurte à une invasion agressive des sectes. Elle a donc besoin d’une profonde évangélisation. C’est dans cette perspective qu’est né sur tout le continent le grand projet de la « mission continentale ». Les jeunes y ont un rôle important.  Oui, les JMJ de Rio représentent, pour le Brésil comme pour toute l’Amérique latine, un vrai don de la Providence….
 
 Q – Quel témoignage les brésiliens peuvent-ils apporter à leurs camardes des pays occidentaux, déjà tellement sécularisé?

R  –  Le plus grand don qu’il puisse partager avec les jeunes occidentaux  est celui de leur joie dans la foi, celui de leur choix de vivre le christianisme avec enthousiasme! Pour Benoît XVI, les JMJ sont un « remède contre la lassitude de croire ».  Et le pape François, à son tour,  dans son encyclique Lumen fidei,  écrit: «  Tous nous avons vu comment, lors des Journées mondiales de la Jeunesse, les jeunes manifestent la joie de la foi, leur engagement à vivre une foi toujours plus ferme et généreuse. »
 
Pendant les JMJ, les jeunes du monde entier témoignent que la foi est possible même aujourd’hui. Ils montrent dans leur vie qu’il est beau d’être chrétien et que cela rend le cœur heureux.

 

Tags:
jmjrio
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]