Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 février |
Saint Alexandre
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Irlande : Un « Oui » courageux à la Vie

Lucinda Creighton – Irlande

William Murphy

Lucinda Creighton, <em>secr&eacute;taire d&rsquo;Etat aux affaires europ&eacute;ennes </em><br />

Isabelle Cousturié ✝ - publié le 15/07/13

Lucinda Creighton a préféré perdre son poste plutôt que de se livrer à «un compromis sur une affaire de vie et de mort comme l’avortement»

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

Lucinda Creighton savait les conséquences qui l’attendaient en votant contre la loi sur l’avortement défendue par le gouvernement auquel elle participe. Mais elle l’a fait et ne ressent « ni rancœur, ni amertume », seulement une grande tristesse car elle aimait son travail !

Lucinda Creighton est une jeune femme de 33 ans. Elle est irlandaise et occupait depuis deux ans le poste de secrétaire d’Etat aux affaires européennes dans son pays. Etoile montante de son parti, le Fine Gael, dont elle est maintenant exclue, elle a préféré démissionner plutôt que de voter, comme l’y obligeait son statut, pour une loi autorisant l’avortement. Une loi, a-t-elle déclaré à l’Irish Independent, « contraire à un engagement pris aux dernières élections, à une promesse faite, une promesse fondamentale, sur l’avortement. ».

«J’ai simplement pensé que nous ne pouvions pas nous écarter de cette promesse », a poursuivi l’ancienne ministre, qui a également écarté toute possibilité de compromis sur un sujet aussi grave :

«Je pense que le compromis est essentiel à n’importe quelle coalition. Je pense que nous avons su en trouver sur des questions économiques, la politique sociale, etc. Mais quand il s’agit d’une affaire de vie et de mort – et en tout cas pour moi ça l’est – je pense qu’il n’est pas vraiment possible d’en chercher un », a-t-elle déclaré à la presse.

C’est le 11 juillet dernier, peu avant minuit, que la chambre basse du parlement a adopté cette loi par 127 voix contre 31 après deux jours et une nuit de discussions marathon sur 165 amendements.

La loi autorise l’avortement quand la vie de la femme est menacée et en cas de risque de suicide, après avis unanime d’un obstétricien et de deux psychiatres. Celle-ci était une promesse du gouvernement d’Enda Kenny, après la mort très médiatisée, en octobre 2012, de Savita Halappanavar, une femme de 31 ans originaire d’Inde, décédée d’une septicémie à l’hôpital de Galway (ouest de l’Irlande), alors qu’elle était enceinte. ( La Croix )

Le texte doit maintenant être avalisé par la chambre haute du parlement où le gouvernement détient la majorité.

Le geste de Lucinda Creighton, partagé par 4 autres députés, exclus eux aussi, fut d’autant plus courageux que la jeune femme a révélé avoir été elle-même favorable à l’avortement alors qu’elle était plus jeune, pensant que le fœtus n’était pas un être humain. Mais « l’expérience de proches et de connaissances », a-t-elle dit au Dail, lui a fait comprendre que l’avortement est un « outil pour l’oppression des femmes » et que les termes de la loi permettent de « sacraliser la menace de suicide dans les livres de loi pour la première fois ». (Blog de Jean Smits)

Tags:
Avortementirlande
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement