Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 20 septembre |
Saint Janvier de Naples
home iconAu quotidien
line break icon

Euthanasie : en Belgique et aux Pays-Bas, on sacrifie les enfants pour soulager les parents !

© DR

Isabelle Cousturié - SIR - Publié le 24/06/13

Incroyable et terrifiant renversement des valeurs : un enfant qui présente des « anomalies graves », peut être euthanasié parce que son état fait souffrir ses parents

Dernières nouvelles sur le front de l’euthanasie en provenance de pays dits « civilisés » du Nord de l’Europe où la Belgique et les Pays-Bas se livrent à l’eugénisme.

Alors que cette pratique  pourrait prochainement être ouverte en Belgique, aux mineurs atteints d'une maladie incurable, les voisins hollandais n’ont pas voulu être en reste et publient un document détaillé, dans lequel les médecins hollandais expliquent leurs raisons et donnent des directives à suivre le moment venu.

« Ce n’est plus une pente glissante mais un précipice », commente Emanuela Vinai, dans un éditorial pour l'Agence de Presse de la conférence épiscopale italienne (SIR), où elle présente et analyse ce document :

Article paru le 18 juin dernier sur le site du SIR et traduit par nos soins :

« Forte du « Protocole de  Groeningen », qui permet depuis 2004 d’euthanasier un bébé porteur d’un handicap, la Royal Dutch Medical Association (Knmg), représentant les médecins aux Pays-Bas, a émis un avis intitulé « Les décisions médicales relatives à la vie des nouveau-nés présentant des anomalies graves », dans lequel est expliqué pourquoi il est acceptable, voire parfois nécessaire, de pratiquer l’euthanasie des enfants.

Dans ce document surprenant, l’association des médecins a rédigé un rapport sur les lignes directrices à suivre à l’égard des petits patients atteints de maladies incurables. Parmi les suggestions émises pour abréger la souffrance des enfants et de leurs familles, le recours à l’euthanasie est explicite, invoquant un argument objectivement paradoxal: la souffrance des parents peut être un motif pour euthanasier l’enfant. En effet, est-il dit entre autre, une injection létale de relaxant musculaire est possible sans poser de problème éthique lorsque « persiste une respiration haletante et que se prolonge une mort inévitable, en dépit d’une bonne préparation, provocant de fortes souffrances pour les parents ».

L’agonie est insupportable, mieux vaut faire mourir que faire souffrir.

Reste une question sans réponse: de qui parlons-nous, quel est le sujet de la phrase?
Certains textes ne sont pas de simples dissertations, mais des documents d’histoire. Il est fondamental de comprendre ce renversement des valeurs. Un être humain innocent peut être tué  pour la simple raison que son existence pourrait être douloureuse pour les autres. L’ineffable docteur Eduard Verhagen, un des auteurs du rapport  Knmg et l’architecte du  protocole Gronignen,  a expliqué à Volkskrant, un grand quotidien néerlandais, pourquoi l’angoisse des parents est importante: “ « Ces enfants sont gris et froids, leurs lèvres deviennent bleues et soudainement, en quelques minutes, ils prennent des respirations très profondes. Une situation très pénible à voir, et qui peut durer des heures, et parfois des jours ». La tâche donc des médecins est d’épargner aux parents l’”abomination” de voir leur propre enfant mourir péniblement, explique le docteur Verhagen. Cela fait partie d’un « soin palliatif » de qualité…

Or des années d’études et de pratiques médicales ont prouvé que, au contraire, les soins palliatifs sont tout autre chose.
Des adultes qui se disent raisonnables décident ainsi de la vie ou de la mort de personnes qui sont dans l’impossibilité d’exprimer leur désaccord. Aujourd’hui on parle d’enfants porteurs d’un handicap grave, demain ce pourrait être des adolescents cérébro-lésés, après-demain des personnes âgées atteintes de maladies neuro-dégénératives.

Ce n’est plus une pente glissante mais un précipice !

(Article traduit par Elisabeth de Lavigne)

En Belgique, dix ans après la loi dépénalisant partiellement l’euthanasie, le Sénat examine depuis le 12 juin une proposition de loi visant à étendre cette possibilité aux mineurs disposant de la « capacité de discernement ». Une majorité politique semble s’être dégagée en faveur de la proposition malgré l’opposition des deux partis d’inspiration chrétienne membres de la coalition gouvernementale.

Les évêques belges, déjà opposés à la loi de 2002, ont contesté avec force son éventuelle extension. Jugés légalement incapables de certains actes (comme acheter un immeuble, se marier ), les mineurs seraient tout à coup jugés mûrs, aux yeux de la loi, pour se faire donner la mort, « la décision la plus grave qui puisse être prise les concernant » ? , objecte Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles.

Selon un sondage en ligne organisé par les jeunes du MR à propos de l’euthanasie des mineurs : à la question « Euthanasie : mineur mais libre de choisir ? », il y aurait 13% de « OUI » contre « 87% de « NON ».
 Lire à ce propos l’article publié sur…  belgicatho.be.

Tags:
Enfantseuthanasiefin de vie

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
3
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
4
Raphaëlle Coquebert
« Marguerite-Marie Alacoque était une personnalité hors-norme et ...
5
Erick et Sylvie Pétard
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Attentats du 13 novembre : « Nos filles sont avec Dieu et...
6
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
7
Matthew McConaughey
Dolors Massot
La rencontre qui a changé la vie du héros d’Interstellar
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement