Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Manifestations au Brésil : un mouvement engagé sur les réseaux sociaux

© TASSO MARCELO /AFP
Partager

Après la Turquie, c’est au Brésil que se tiennent des manifestations monstres, auxquelles les réseaux sociaux donnent une fois de plus une ampleur décuplée.

Ils protestent contre la récente augmentation du tarif des transports en commun, mais aussi contre le gouffre financier que représente la coupe du monde de Football, prévue dans un an, et contre la corruption… Lundi 17 juin se sont tenus dans tout le pays les manifestations les plus importantes depuis celles dirigées en 1992 contre la  corruption du gouvernement de l'ex-président Fernando Collor de Melo (1).
 
Les manifestations ont mobilisé en tout quelque 200 000 personnes à Brasilia, Rio de Janeiro, Sao Paulo ou encore Belo Horizonte, la troisième ville du pays, donnant lieu par endroits à de violents affrontements avec la police et à des scènes de pillage.
 
Phénomène désormais habituel, ce sont les réseaux sociaux qui ont permis au mouvement de prendre une telle ampleur (2). Dans un premier temps, Instagram, Facebook et Wikipedia permettent aux  manifestants de se mobiliser : pour la manifestation de lundi 17 juin, « en moins de 24 heures, plus de 200 000 personnes ont confirmé leur présence sur Facebook. »
 
Dans un deuxième temps, les réseaux sociaux donnent une tonalité nouvelle à la mobilisation devenue « fronde anti-gouvernementale » : « Les manifestants, durement réprimés par la police, ont à leur côté une armée virtuelle, qui s’organise sur les réseaux sociaux et dénonce les abus des policiers. » Témoignages, vidéos affluent sur la Toile : « Les images de violence ont ensuite été relayées sur les réseaux sociaux et incité les cyber-activistes, dont la branche brésilienne des Anonymous, à rejoindre les protestations. La photo d’un jeune tenant une pancarte avec la phrase « Quitte ton Facebook et descend dans la rue », publiée sur le réseau Instagram, résume bien l’esprit du mouvement et met en évidence le rôle des réseaux sociaux dans la volonté d’instaurer le débat et de relayer les abus commis par la police. »
 
(1)   http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/06/17/manifestations-au-bresil-le-gouvernement-menace-du-carton-rouge_3431786_3222.html
(2)   http://www.rfi.fr/ameriques/20130617-salad-uprising-bresil-brazil-riots-emeutes

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]