Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Montpellier : « Mariage pour Tous »… vraiment ?

© PASCAL GUYOT / AFP
Partager

Le premier mariage homosexuel a été célébré le 29 mai à Montpellier. Mais il ne répond pas aux critères de l’égalité dont il prétend être le symbole.

Le premier mariage entre deux personnes de même sexe en France a donc été célébré mercredi 29 mai. Vincent et Bruno, tous deux employés municipaux, militants de la cause homosexuelle, et pour l’un d’eux, encarté au PS, ont convolé en -justes ? – noces. Voulue par le gouvernement et par la maire de Montpellier, Hélène Mandroux, qui a accueilli leur consentement, comme un événement célébrant l’égalité, cette union est pourtant marquée par un favoritisme et un opportunisme politique dont ne se cachent même pas les principaux protagonistes.
 
Ce mariage « est aussi le fait d'une ministre, Najat Vallaud-Belkacem, qui a un peu précipité les choses », révèle le Nouvel Observateur (1). « En déplacement à Montpellier en septembre dernier, la porte-parole du gouvernement propose à Vincent d'être le "premier marié gay". Dans la foulée, il passe un coup de fil à Bruno pour lui demander sa main. Alors qu'il est au travail, le trentenaire se réfugie dans un placard pour répondre oui, "sans réfléchir". Les deux hommes prononceront donc leurs vœux devant la ministre du droit des femmes. Un mariage comme les autres, donc… ou presque. » La ministre a tenté de désamorcer les critiques en affirmant que sa  présence relevait de l’amitié pour les mariés.
 
Le mariage de Vincent et Bruno, a bénéficié d’une hâte peu commune des services municipaux, nous apprend le Figaro (2) : ceux-ci n’ont pas hésité à contourner les obstacles administratifs pour que le délai de dix jours exigé pour la publication des bans soit valide. Dans les mêmes conditions, un délai d’un mois est exigé pour les couples qui souhaitent se marier. Sans aucune exception, ont confirmé les services de la  mairie au quotidien, «même pour des impératifs liés au travail ou aux distances géographiques».
 
Pour être sûre d’être la première à célébrer une union homosexuelle en France, Hélène Mandroux avait peaufiné de longue date tous les détails nécessaires. Un empressement à visée électoraliste ? C’est ce qu’affirme le quotidien : « Elle sait que les municipales à venir ne seront pas faciles. Les candidats socialistes sont déjà nombreux. Aussi a-t-elle a joué des contorsions pour que la cité marque l'Histoire. » Les électeurs apprécieront…
 
Quant aux contribuables montpelliérains, s’ils ont échappé à la retransmission en direct de la cérémonie sur le parvis de la  mairie pour des raisons de sécurité, ils auront vu le site Internet de leur municipalité se décorer  aux couleurs arc-en-ciel et retransmettre la vidéo du mariage. Sans compter les centaines de policiers mobilisés pour maintenir le calme. Donc, un mariage « presque comme les autres »…
 
(1)    http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20130528.OBS0909/premier-mariage-homo-qui-sont-vincent-et-bruno.html
(2)    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/29/01016-20130529ARTFIG00382-helene-mandroux-voulait-coute-que-coute-celebrer-le-premier-mariage-gay.php
(3)   http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/28/01016-20130528ARTFIG00552-un-dispositif-hors-normes-pour-le-premier-mariage-gay.php

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]