Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment l’Eglise catholique voit-elle l’islam en Europe ?

AFP PHOTO / LOUAI BESHARA
El patriarca maronita Beshara Rai es recibido por un musulmán sunita Sheikh desde las oficinas de Siria Gand Mufti Ahmed Hassun a su llegada a la iglesia de la Santa Cruz de Damasco para asistir a la entronización del griego ortodoxo líder Yuhanna X Yazigi de Siria, durante la primera visita de un patriarca maronita desde la independencia de Siria en 1943, el 10 de febrero de 2013.
Partager

Evêques et délégués pour les relations avec les musulmans échangent leurs expériences à Londres. « Évangéliser pour dialoguer » recommande le cardinal Tauran.

L’Eglise catholique s’approche des croyants musulmans qui vivent en Europe: 44 millions en 2010,  y compris ceux de Turquie, selon Amnesty International,
Cette approche se fait avec une confiance « sereinement  critique », explique  le père Andrea Pacini, coordinateur du réseau des évêques et des délégués responsables des relations avec les musulmans, qui a tenu sa troisième rencontre à Londres du 1er au  3 mai 2013.
 
« Confiance parce que l’on considère que les possibilités d’un dialogue existent ; mais aussi confiance critique en constatant, en même temps, la grande diversité de la réalité musulmane par rapport  à laquelle il faut faire des propositions fermes ».

 La présence de croyants musulmans dans le contexte européen actuel est très variable selon les pays : par exemple Espagne  2,3% ; Belgique 6% ; Royaume-Uni 4,6%, et France jusqu’à 7,5%.  Dans un entretien avec l’agence SIR,  don Pacini explique que l’Eglise a deux propositions à leur faire: accueil (en établissant des relations fraternelles afin que les deux religions  puissent, ensemble,  concourir au bien commun)  et éloignement de toute forme de violence, de toute interprétation contraire au respect de la dignité humaine.
 
Andrea Pacini s’est référé à certaines  « valeurs à accueillir, mais aussi à exporter vers les pays musulmans », citant concrètement l’égalité entre homme et femme, la liberté religieuse pour tous  et la distinction entre les sphères politique et religieuse.
 
La rencontre de Londres a été axée sur l’attention à  l’éducation et aux jeunes. Les participants – délégués de 20 conférences épiscopales accompagnés par le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le cardinal Jean-Louis Tauran, et par divers experts- ont constaté la nécessité pour les personnes et les communautés d’être enracinées dans leur foi, mais dans une perspective de dialogue. C’est seulement ainsi que pourra se développer un dialogue interreligieux, ont-ils indiqué.
 
Pacini a distingué trois profils de jeunes musulmans, enfants nés de parents islamiques et élevés en Europe: ceux qui vivent leur foi musulmane sans l’exprimer publiquement (la majorité), ceux qui veulent intégrer leur citoyenneté européenne à  une appartenance religieuse  qui s’exprime dans l’espace public; et enfin ceux qui construisent leur identité de manière antagonique à l’Europe, avec des expressions et des formes d’islamisme fondamentalistes et radicales (une minorité).
 

Le défi d’Internet
 
Une des intervenantes lors de la rencontre,  Mme Brigitte Maréchal, de l’Institut de recherche sur les religions auprès de l’université catholique de Louvain, a souligné que, pour les jeunes musulmans, le point de référence n’est plus la mosquée, mais bien davantage Internet, avec la présence de prédicateurs vedettes  sur le réseau.

Pour l’experte, « la vraie grande question est le manque de formation à l’utilisation des réseaux sociaux et à une lecture critique et interprétative de ce que l’on trouve sur le réseau ». Il est nécessaire, a souligné Brigitte Maréchal, de former un nouveau leadership composé par des « imans-éducateurs » capables d’éduquer les jeunes musulmans non seulement à la langue arabe ou au Coran, mais pour qu’ils interprètent l’islam dans le contexte européen d’aujourd’hui, démocratique et pluriel.
 
Du côté des jeunes chrétiens, les experts ont noté une certaine fragilité, surtout dans les pays du nord de l’Europe. Ainsi le père Christophe Roucou, spécialiste de l’islam,  a cité des cas de jeunes catholiques des quartiers populaires de grandes villes françaises qui se convertissent à l’islam.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]