Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 26 mai |
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

L’absurdité du mal et les bombes de Boston

Presidente di Pax Christi su fatti di Boston – fr

@DR

Frère Dwight Longenecker - publié le 18/04/13

La « folie rationnelle » et le jusqu’auboutisme conduisent à des actes absurdes

Il y a un personnage de C.S.Lewis, appelé Professeur Weston. Weston est un homme ordinaire, qui est devenu le mal à l’état pur à travers sa fidélité fanatique à une idéologie séculière. Weston prend plaisir à torturer des animaux innocents. Il affronte le héros du roman dans un débat sans fin, apparemment logique, mais qui défie les définitions habituelles de la raison. Ses arguments sont circulaires, d’une logique fallacieuse, et ses conclusions ne mènent pas seulement à la folie, mais au mal. Weston veut détruire, pour le seul plaisir de détruire.  Un regard sur le personnage de Lewis montre comment des mauvaises croyances peuvent amener à une inquiétante « folie rationnelle »,  et même à l’absurdité totale du mal.

« Folie rationnelle » est le terme que j’emploierais pour désigner cette sorte d’obsession qui mène à la folie.  Ces théoriciens du complot, ces cinglés idéologiques ne voient le monde qu’à travers leurs croyances bornées. Quand leur extrémisme s’aggrave, ils sombrent dans une sorte de folie. Cette folie n’est pas le genre de maladie  qui peut être diagnostiquée et traitée. C’est une sorte de « folie rationnelle ». 

S’appropriant les préceptes fondateurs d’une religion, d’une théorie ou d’une idéologie, la personne habitée par le mal agit selon certains comportements et croyances  qui sont cohérents et conformes à son propre système de croyances. Une personne obstinément convaincue de sa religion ou de la théorie du complot ou d’une idéologie, peut finir par croire les choses les plus extravagantes et se comporter de façon la plus absurde, comme prise de cette sorte de « folie rationnelle ». De plus, cette « folie rationnelle »  peut (et va très souvent) la mener à planifier des actions extrêmes et violentes.

Ceci conduit à ce que j’appellerais l’« absurdité du mal ». Une personne qui suit une théorie, une idéologie ou une religion  extrême traverse les frontières pour commettre  des atrocités, comme l’explosion des deux bombes à Boston. On ne sait pas encore qui a planifié l’attaque, mais on sait qu’il s’agit d’un acte délibéré, intentionnel. Celui qui l’a commis a probablement pensé qu’il avait une raison de le faire. Il avait une cause. Il était l’adepte d’une théorie, d’une idéologie ou d’une religion tordue.

Cette personne a fait exploser une bombe artisanale bourrée de clous pour être plus meurtrière au milieu de la foule, tuant un enfant innocent, deux adultes, mutilant et blessant des centaines d’autres personnes. Avoir fait une chose aussi monstrueuse signifie que le meurtrier avait sombré dans cette sorte de « folie rationnelle ». Il est tombé dans cette forme de folie qui, de son point de vue, est cohérente, mais qui en réalité l’a conduit jusqu’au trou noir de l’absurdité du mal.

Le problème avec ce genre d’idéologue n’est pas qu’il est irrationnel, mais qu’il est trop rationnel. Il a suivi jusqu’au bout le raisonnement de sa théorie, religion ou idéologie, ensuite sa logique et sa détermination l’ont conduit de l’autre côté, sa rationalité l’a poussé à faire quelque chose d’irrationnel.  A titre d’exemple, un musulman à qui l’on a enseigné que l’Amérique est le Grand Satan, pourrait penser que ce serait une bonne chose pour le monde d’être débarrassé du Grand Satan.

Ce qui est effrayant dans cette « folie rationnelle », c’est que nous observons de tels comportements non seulement dans les idéologies politiques ou économiques, ou les théories du complot, mais aussi dans les rangs des adeptes de la religion. La religion conduit à cette folie rationnelle  et à l’absurdité du mal quand les gens religieux  s’autorisent à fonder des cultes  extrêmes. Ceux qui rejoignent des sectes religieuses s’exposent à la même folie rationnelle que celles des idéologues induits en erreur. C’est aussi le comportement sectaire extrême de nombreux groupes qui donnent une mauvaise réputation à la religion.


Quels que soient les comportements et croyances présents dans une idéologie politique ou un groupe religieux, ils sont absolument les mêmes, et on peut aisément les repérer si on est sur ses gardes. Dans les deux cas les comportements qui mènent à la folie rationnelle et l’absurdité du mal ne sont que trop répandus. Quand il y a un leadership fort, charismatique et tyrannique, attention! Là où les gens qui sont spirituellement, émotionnellement ou mentalement vulnérables sont encouragés à prendre des engagements extrêmes, attention! Quand il y a le chantage affectif, la culpabilité et la  manipulation, attention! Quand le leadership est secret, sélectif et suspect, attention! Quand la dissidence est éliminée et que les questions ne sont pas autorisées, attention! Quand les étrangers sont diabolisés et que les personnes à l’extérieur du groupe sont considérées avec suspicion et crainte, attention! 

Si le terroriste de Boston est membre d’un groupe comme celui-ci, ou un solitaire qui a suivi une idéologie jusqu’à sa folie irrationnelle, c’est un rappel que la violence aveugle est le point final de l’absurdité du mal.

Contre l’extrémisme de toutes les fausses religions, théories et idéologies, trois antidotes sont nécessaires: la compassion, le bon sens et un sens de l’humour. La compassion signifie que l’on voit le monde à travers le regard de l’autre personne. Si nous sommes compatissants, nous nous soucions des autres et nous sommes prêts à sacrifier notre extrémisme pour eux. Si nous avons du bon sens, nous allons voir l’erreur de l’extrémisme  et repérer les comportements sectaires lorsqu’ils se présentent. Si nous avons un sens de l’humour, nous n’allons pas trop nous prendre au sérieux et nous serons capables de vivre en paix dans un monde imparfait.

Une foi vraiment catholique est marquée par la compassion, le bon sens et le sens de l’humour. Le catholicisme est une religion ordinaire, pragmatique, de gens pragmatiques et ordinaires. Le genre de personnes  qui peuvent sortir par une belle journée de printemps pour profiter d’un évènement sportif…avant d’être éliminées par un acte absurde.

Le père Dwight Longenecker est le curé de l’église  Our Lady of the Rosary à  Greenville, Caroline du sud. Vous pouvez consulter des livres, visiter son blog et le contacter à dwightlongenecker.com.

Tags:
États-UnisTerrorisme
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-exister-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement