Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Explosions de Boston : L’Eglise déplore un acte d’une violence inouïe

JOHN MOTTERN / AFP
Partager

Prières et paroles de réconfort du pape et des évêques américains pour les victimes de l'attentat

« Un acte de violence insensé » : C’est en ces termes que le pape et les évêques américains ont condamné les deux explosions à la bombe qui ont fait trois morts et 141 blessés dont certains très grièvement sur la ligne d’arrivée du grand marathon international qui se déroulait hier après-midi à Boston (Massachusetts), aux Etats-Unis.
 
Les deux puissantes bombes ont explosé à quelques secondes d’intervalles, fauchant des dizaines de participants et de spectateurs. A Washington, le président des Etats-Unis, Barack Obama dénonce ce qu’il appelle « la tragédie de Boston ».
 
« Nous allons découvrir qui a fait ça. Nous allons découvrir pourquoi ils ont fait ç», a insisté le président américain lundi soir. Même s’il n’a prononcé ni le mot attentat ni celui de terrorisme, la Maison Blanche a vite fait savoir que le président pensait bien à un acte terroriste.
 
Aussitôt après la tragédie, le pape François a envoyé un télégramme de condoléances à l’archevêque de Boston, le Cardinal Archevêque Sean O'Malley, dans lequel il se dit « profondément affligé » par les conséquences de cet acte de violence, et fait part de sa solidarité et de ses prières aux victimes et leur proches.
 
Dans son message, le pape encourage également les habitants à « ne pas laisser le mal prendre le dessus mais à le combattre par le bien en travaillant ensemble pour construire une société toujours plus juste, libre et sûre pour les générations à venir ».
 
Aussitôt après la nouvelles des deux explosions, l’archidiocèse de Boston a réagi sur Facebook et Twitter, demandant aux abonnés de prier pour les victimes et leurs proches « afin qu’ils trouvent du réconfort dans l’Esprit Saint, dans la miséricorde de Dieu et l’amour maternel de notre bienheureuse Mère ».
 
De son côté, Le cardinal Timothy Dolan, président de la conférence épiscopale américaine, a lui aussi fait part aux victimes de la participation des évêques américains à leur douleur, et demandé de prier pour elles, soulignant que cette horrible tragédie de Boston rappelait que le « diable existe et la vie reste fragile ».  
 
Dans sa déclaration, l’archevêque de New York dénonce une « progression » de la culture de violence dans le pays et dans le monde, qui, a-t-il dit, « doit être combattue par des mesures de sécurité  et la recherche de moyens capables de promouvoir la paix et le respect de chacun dans notre monde ».
 
Parmi les 3 victimes des bombes qui ont explosé à proximité de la ligne d’arrivée du marathon figure un petit garçon de 8 ans, Martin Richard, tué par l’explosion alors qu’il attendait l’arrivée de son père, William, qui courrait le marathon. Il était en famille. Sa mère et l’une de ses sœurs, ont été grièvement blessées et hospitalisées. ( nouvelobs.com)
 
La course effrénée des spectateurs, les blessés sanguinolents, aux membres parfois déjà arrachés, transportés à bout de bras par les premiers sauveteurs, d'autres moins gravement atteints mais sous le choc, la sidération sur les visages des présents, les véhicules hospitaliers toutes sirènes hurlantes, toutes ces images-là appartiennent à l'univers visuel des actes de terrorisme, relate le correspondant du journal Le Monde à New York.
 
Pourquoi Boston ? Pourquoi sur le parcours de son marathon ? poursuit le correspondant qui rapporte alors les propos du représentant démocrate du Massachusetts William Keating, membre de la commission parlementaire sur la sécurité intérieure, qui estimait en soirée que l'événement offrait le « symbole » le plus patent de ce que les terrorismes, de quelque bord qu'ils soient issus, honnissent plus que tout : « Un rassemblement joyeux, chaleureux, où des milliers de personnes viennent participer ou applaudir des concurrents issus de plus de cent pays et de toutes les couleurs de peau. », a-t-il dit.
 
En attendant, l'enquête mobilise des milliers de policiers à Boston mais également dans d’autres villes américaines comme à New York, autour des principaux centres de passage.
 
La France et la Grande-Bretagne ont annoncé  de leur côté un renforcement de leurs mesures de sécurité, Manuel Valls, le ministre français de l'Intérieur, demandant aux préfets et aux forces de sécurité intérieure de renforcer sans délai la présence des patrouilles dans le cadre du Plan Vigipirate, en vigueur au stade « rouge renforcé ».

A Londres, la Metropolitan Police a annoncé une révision de son dispositif de sécurité en vue notamment d’un autre marathon prévu dans la ville le week end prochain, auquel sont attendus 37.500 coureurs.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]