Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pornographie : où est le mal ?

© Andrey Shadrin
Partager

L’industrie de 97 milliards de dollars dans le monde détruit la vie de nombreux hommes, femmes et enfants

 
Si vous pensez n’avoir jamais vu les effets néfastes causés par la pornographie – si vous pensez qu’il s’agit d’une habitude personnelle qui n’affecte pas les autres – vous n’avez qu’à ouvrir un site d’informations, ou regarder autour de vous, pour constater la destruction laissée dans son sillage.

Que ce soit le trafic sexuel des 100 000 enfants américains par an, le taux élevé constant de divorces ou la surprenante popularité des romans érotiques , la pornographie a fait des ravages sur les individus et dans les mariages, et exploité les plus vulnérables.
 
Effets néfastes sur les individus
Les dix Commandements ne sont pas arbitraires ; si l’on nous dit de ne pas convoiter la femme de notre voisin, il y a bien une raison. L’utilisation de la pornographie est néfaste parce qu’elle s’oppose au projet de Dieu sur notre sexualité et notre bonheur. La pornographie, nous dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique, « offense la chasteté parce qu'elle dénature l'acte conjugal, don intime des époux l’un à l’autre ». Parce que la pornographie a pour objectif l’assouvissement du désir à travers l’objectivation d’autrui, c’est une activité qui isole celui qui en fait usage, le privant de faire l’expérience du véritable “don de soi” aux autres.
 
Les premières victimes de la pornographie sont ceux-là même qui en font usage.
L’âge moyen d’un garçon exposé pour la première fois à la pornographie est de 11 ans aux USA (Internet Filter Review). 53 % des garcons et 28% des filles (12 à 15 ans) ont avoué avoir eu accès à un contenu explicitement sexuel (Brown, J. & L'Engle, K. 2009, Communications Research). En France, 11% des enfants de moins de 12 ans des foyers abonnés à la chaîne Canal + ont été mis en contact avec un film pornographique (Médiamétrie).

Autrement dit, la plupart du temps la consommation de porno ne relève pas d’une décision « mature » prise par des adultes, mais plutôt d’une pratique qui piège les gens à un âge précoce, faussant la compréhension de l’intimité sexuelle d’hommes et de femmes et conduisant presque toujours à une masturbation régulière, voire quotidienne.
 
Nos cerveaux ne sont pas branchés pour recevoir ce genre d’images (souvent pendant des heures chaque semaine) sans en être affectés. Selon une étude réalisée, il y a plusieurs années, par le Journal of Adolescent Health , un usage prolongé de pornographie à l’adolescence conduit à un sentiment exagéré de la sexualité dans la société, à banaliser l’idée de promiscuité, dévaluant ainsi l’abstinence, au scepticisme quant au rôle de l’amour dans l’intimité sexuelle, à l’idée que le mariage est un emprisonnement(2008). L’étude démontre aussi que, chez les consommateurs de porno entre 18 et 26 ans, on observe une hausse sensible de partenaires sociaux, de rapports sexuels occasionnels, de toxicomanie et d’aventures extra-conjugales.

La dépendance sexuelle qui est pour beaucoup d’hommes et de femmes une dure réalité, peut résulter de l’usage de la pornographie. La dépendance à la pornographie est tout aussi grave que la dépendance à l’alcool ou à la drogue et peut conduire à faire une consommation obsessionnelle, insatiable, de pornographie visuelle, le visionneur étant amené à rechercher, avec une fréquence accrue, toujours plus de matériel pervers. La dépendance à la pornographie peut aussi entraîner la perte du sommeil et de l’efficacité, une baisse du plaisir dans les relations et de rendement au travail, et même conduire à des activités criminelles (pornographie juvénile, abus etc…).

Sexoliques anonymes, un programme de rétablissement en 12 étapes pour les personnes souffrant de dépendance sexuelle, explique: « Beaucoup d’entre nous sont venus à Sexoliques Anonymes (SA), poussés par un désespoir extrême dû à nos pensées et comportements sexuels destructeurs. Dans les salles de réunion de SA, nous avons découvert, à notre grande surprise, que la luxure est la force motrice de notre passage à l’acte. Le désir sexuel est une pensée ou un sentiment démesuré qui nous amène à nous utiliser nous-mêmes, d’autres ou des choses à des fins égocentriques et destructrices. » 
Pour beaucoup d’hommes et de femmes, ce qui a commencé comme un plaisir coupable s’est transformé en un vice qui a dévoré leur vie personnelle, leur mariage e leur vie professionnelle.
 
La pornographie dévore les mariages

Le bienheureux Jean-Paul II parle du « don mutuel » que les époux font d’eux-mêmes dans l’alliance du mariage (Lettre aux familles, 1994). Lorsque l’un des époux utilise la pornographie, il/elle choisit la satisfaction de son désir sexuel égoïste, de préférence à l’amour conjugal. D’aucuns pensent que la consommation de pornographie peut « pimenter » un mariage, alors qu’à l’évidence elle dégrade ce qui est censé être l’union non seulement de la chair, mais de deux personnes, corps et âme.
  Selon une étude réalisée par le Dr. Patrick Fagan, pour le Family Research Council, les hommes qui utilisent la pornographie sont systématiquement moins satisfaits de leurs relations sexuelles avec leurs femmes, et les épouses remarquent cette troublante différence de comportement.
En fait, la plupart des épouses voient dans la pornographie comme une sorte d’infidélité. En outre, Fagan a découvert en réalisant cette étude que l’utilisation de la pornographie est souvent une porte vers l’infidélité et le divorce. Ce que confirme l’American Academy of Matrimonial Lawyers, qui constate que 56 % des divorces impliquent une épouse manifestant « un intérêt obsessionnel pour les sites internet pornographiques. »
 
Exploite les victimes
           
On ne peut pas discuter des effets de la pornographie sans évoquer les milliers et les milliers de victimes d'exploitation sexuelle par cette industrie.
Ainsi, même lorsque des femmes adultes veulent être “actrices”, les utilisateurs de pornographie soutiennent la « chosification » et la dégradation des femmes, à des fin lucratives. Bien sûr, il arrive souvent que les jeunes femmes ne poursuivent pas cette carrière librement (qui rêve de jouer dans un film porno?), mais elles sont victimes d’exploitation sexuelles en échange de drogues, d’un gîte ou parce qu’elles ont grand besoin d'argent.
 
Selon l’étude du Dr. Fagan, les hommes accros à la pornographie tombent de plus en plus dans l’ennui et recherchent toujours plus de nouvelles formes de perversité ; tandis que, d’un autre côté, ils font montre d’une plus grande tolérance envers l’agression sexuelle, et même le viol.
Trop souvent, cela peut conduire à une consommation de la pornographie infantile et, par là même, à l’exploitation sexuelle de mineurs. En 2011, le procureur général Eric Holder Jr. a constaté  « une hausse historique de la distribution de pornographie, du nombre d’images partagées sur le net, et du niveau de violence associée aux crimes d’exploitation et d’abus sexuels d’enfants » « (National Strategy Conference on Combating Child Exploitation).

Il y a de l’espoir pour la pureté
 
Compte-tenu de la très grande disponibilité de pornographie, il est facile de perdre l'espoir que tout le monde peut vaincre cette tentation omniprésente. Cependant, avec l'aide de la grâce de Dieu et quelques moyens, il est possible de vivre une vie de pureté.
 
Tout d'abord, la confession fréquente pour ceux qui luttent contre la luxure est essentielle. La confession ne répond pas seulement à notre besoin constant de la miséricorde et du pardon de Dieu, elle offre aussi une occasion de rompre un péché cyclique (ceux qui se livrent à la pornographie se sentent souvent coupables et apaisent cette culpabilité en s’y adonnant à nouveau). Une vie de prière régulière aussi, est importante pour vivre une vie de vertu. Trop souvent, les hommes comme les femmes comptent sur leurs propres forces pour vaincre la luxure et l’échec. On devrait en particulier pouvoir compter sur la prière dans les moments de tentation ou de faiblesse.
 
Avec une vie de prière active, il existe de nombreuses façons toutes simples d'éviter la tentation de la pornographie.
Peut-être le moyen le plus simple est-il un filtre internet, qui interdit l’accès aux sites pornographiques. On peut aussi, par exemple, envisager l’enregistrement d’une carte de prière à votre ordinateur, séjourner dans des hôtels qui ne présentent pas de programmes pornographiques télévisés, et faire un effort délibéré pour éviter films et magazines contenant des images obscènes.

Si vous ne parvenez pas à arrêter par vous-même la consommation de pornographie, vous pouvez combattre votre dépendance sexuelle. Si votre utilisation de la pornographie a un impact négatif sur votre vie personnelle et même professionnelle, il est important de chercher la guérison. Ces dépendances sont souvent imputables à des blessures du passé, et ceux qui en souffrent devraient rechercher un soutien psychologique d’un professionnel , soutien qui est en accord avec le point de vue de l’Eglise sur la sexualité. Si vous n’en trouvez pas là où vous êtes, des associations comme Sexoliques anonymes cherchent à fournir une assistance aux homes et aux femmes qui souhaitent redevenir « sexuellement sobres ».
 
Il est facile de penser que la pornographie est une habitude que vous pouvez quitter à tout moment.
Pourtant, comme nous l'avons vu plus haut, il s'agit d'un comportement de dépendance qui peut avoir de graves conséquences sur l'utilisateur, dans les mariages, les familles et dans notre grande culture. Il est important de demander de l'aide si vous en avez besoin, venant d’un système de filtrage, d’un ami à qui vous pouvez parler, un psychologue etc. Bien qu’il puisse être gênant d’avouer ce combat à une tierce personne, il est beaucoup plus dommageable de le laisser continuer.
 
La pornographie n’est pas seulement contraire à l’enseignement moral catholique – c’est un mal grave fait à tous ceux qui sont impliqués. Il est trop facile de penser que des images sur un écran ne font de mal à personne ; c’est, en effet, ce que la société, en majorité, vous dira.
Cependant, la vérité est que les victimes de la pornographie sont innombrables: l’adolescent qui a été expos, et est devenu accro à un jeune âgee; les enfants de certains parents divorcés ; les jeunes filles qui sont exploités pour l'argent et le plaisir sexuel pervers sexuel d’autres. La pornographie est une infâme déformation de quelque chose qui devrait être fécond: l’intimité sexuelle conçue par Dieu comme expression de l’amour conjugal.
 
Traduit de l’américain par Elisabeth Delavigne

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]