Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 07 mai |
Saint François de Laval
home iconÉglise
line break icon

Où en sont les études sur le Linceul de Turin ?

© P.M WYSOCKI / LUMIÈRE DU MONDE

Silvia Gattas - Publié le 30/03/13

Entretien avec le professeur Bruno Barberis, président du Centre International de Sindonologie

Où en est-on actuellement des études scientifiques sur le Linceul de Turin ? Quels sont les problèmes encore en suspens ?  Le problème qui nous intéresse au premier chef, et en même temps le plus complexe, est celui du mode de formation de l’image. À la veille de l’ostension du Linceul de Turin, nous en avons parlé avec Bruno Barberis, professeur de physique et  de mathématiques à l’Université de Turin et président du Centre international de sindonologie.

La recherche scientifique sur le Linceul, en termes modernes, n’a débuté qu’en 1898 – explique le professeur Barberis – lorsque, sur  la première photographie du « suaire » (en réalité un linceul),  prise par Secondo Pia, il est apparu évident que l’image imprimée sur la pièce avait les caractéristiques d’un négatif photographique, permettant, en outre, un examen détaillé de la toile, comme de l’image elle-même. Les médecins ont été les premiers à constater les nombreuses blessures sur le corps de l’homme du Saint Suaire, qui s’avèrent être l’image laissée par le cadavre d’un homme adulte flagellé d’abord, et ensuite crucifié, avec des détails et des spécificités caractéristiques du supplice et de la crucifixion de Jésus de Nazareth tels qu’ils sont décrits dans les évangiles.

Sur les modes de formation de l’image (normalement un cadavre ne laisse pas de trace sur un drap funéraire), des centaines et des centaines d’hypothèses ont été avancées. Mais aucun des résultats expérimentaux ne sont vraiment convaincants (c’est-à-dire coïncidant étroitement avec l’image du Suaire) ; et personne n’a été, à ce jour, en mesure de reproduire l’image du Saint-Suaire dans toutes ses caractéristiques. Toutefois, les résultats obtenus par diverses équipes de scientifiques permettent d’affirmer qu’il est hautement probable que l’image du Suaire soit celle d’un être humain sans vie et d’exclure qu’elle soit due au travail d’un artiste à l’aide d’une quelconque technique de reproduction ».

« Du côté des scientifiques, on a vu apparaître dans le monde entier, en particulier ces cinquante dernières années, des centres et groupes de recherche parmi lesquels se détache le Centre international de Sindonologie, fondé  à Turin  en 1959, dont la mission est d’aider l’archevêque de Turin, en sa qualité de gardien pontifical du Suaire. Plus récemment, les études et recherches ont été étendues à d’autres disciplines comme la biologie, l’informatique, la chimie et la physique ».

En l’état actuel des connaissances, les scientifiques ont établi “avec certitude” que l’image présente des caractéristiques similaires à celles d’un négatif photographique et que cette image est extrêmement superficielle, affectant les fibres du tissu avec une épaisseur de l’ordre du millième de millimètre ; l’image est celle du corps d’un être humain atrocement torturé, ayant enduré les supplices de la flagellation et de la crucifixion, dont les marques visibles montrent une incroyable perfection anatomique ; il y a sur le linceul de nombreuses taches de sang humain appartenant au groupe A, produites par des  blessures d’origine traumatique ; il a été mis en évidence que ce n’est ni une peinture ni une œuvre réalisée à l’aide de techniques de reproduction connues ; le pollen trouvé sur le Suaire permet de considérer comme très probable qu’il a séjourné un certain temps en Palestine et en Anatolie avant le XIVe siècle ; l’image sur le drap possède des caractéristiques tridimensionnelles particulières ; il y a une étroite corrélation (confirmée par ordinateur) entre le visage de l’homme du Linceul et l’iconographie du visage de Jésus au premier millénaire ; il n’y a pas d’image sur l’envers du linge mises à part quelques taches de « sang », nettement visibles, qui ont traversé ».

  • 1
  • 2
Tags:
Linceul de TurinSaint Suaire
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
POPE FRANCIS
Agnès Pinard Legry
Voici comment participer au « marathon de prière » du pape Franço...
2
WHATSAPP
Edifa
Joies et limites des groupes WhatsApp familiaux
3
POPE FRANCIS AUDIENCE
I.Media
Des sanctuaires du monde entier mobilisés pour le marathon de pri...
4
I.Media
Pourquoi la date de canonisation de Charles de Foucauld n’a...
5
CHANTEURS ORTHODOXES
J-P Mauro
[Vidéo] : prolongez la joie de Pâques avec ce sublime chant ortho...
6
Jeanne Larghero
Être mère « selon l’esprit », les trois conseils de vie de Madele...
7
La rédaction d'Aleteia
Padre Pio : sa vie, ses miracles, ses souffrances, son héritage
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement