Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi l’Eglise est-elle contre les relations sexuelles avant le mariage?

© Jacques COUSIN / CIRIC
Partager

L’Eglise n’est pas d’accord pour qu’il y ait des relations sexuelles avant le mariage. Pourquoi est-elle si rigide? Face à tant de mariages qui échouent, n’est-il pas plus sensé d’ « essayer » pour voir si la relation fonctionne, avant de se jeter et risquer un échec ?

La sexualité humaine, voulue par Dieu, est un don bien plus précieux qu’une jouissance ou qu’un mécanisme de procréation. Elle est le lieu d’expression d’un amour de l’autre qui, par l’union des corps, se conforme à l’amour de Dieu dans son union intime avec l’homme. Elle ne peut donc trouver son plein accomplissement qu’ordonnée à Lui dans le sacrement de mariage.

Nous vivons une époque où la sexualité est largement décrite et exposée, sous toutes les coutures, de sa présentation physiologique, et même désormais sociale, aux enfants à l’école, à son utilisation érotico-marchande dans le marketing et les médias. Pourtant la sexualité est bien autre chose qu’un moyen technique de satisfaction de désirs et consommation de plaisirs, entre personnes consentantes. Le corps humain a une signification qui lui est propre, celle d’une intime relation avec Dieu. On peut dire qu’il a été créé en vue de l’incarnation du Verbe, comme lieu de l’union des natures humaine et divine. Saint Paul prévenant les habitants de Corinthe contre la débauche leur dit : « Votre corps est le temple de l’Esprit Saint, qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu ; vous ne vous appartenez plus à vous-mêmes, car le Seigneur a payé le prix de votre rachat. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps. » (1Co 6, 19-20). Mais plus encore que le corps lui-même, l’union des corps des époux porte une très haute signification quant à la relation de l’homme avec Dieu. La vocation de l’homme et de la femme à ne faire qu’une seule chair (Gn 2, 24 ; Mt 19, 5 ; Mc 10, 8) est inscrite dans le principe même de l’homme. Dans l’Ancien Testament, cette union est souvent employée comme image de l’amour entre Dieu et son peuple. Dans la Nouvelle Alliance, nous pouvons dire qu’elle incarne l’union du Christ et de son Eglise.

L’union des corps est donc une haute expression de l’amour, puisqu’elle conforme la relation de couple à l’amour divin et, sous le mode sacramentel, incarne réellement cet amour. C’est pourquoi pour les baptisés, l’union charnelle n’a de sens que dans le cadre du sacrement de mariage. Cette vocation à ne faire qu’une seule chair, réalisée dans l’union charnelle des époux, communique sa grâce en délivrant l’homme de son incapacité à se donner, en purifiant sa relation à l’autre des rapports de domination et de convoitise hérités du péché originel. Par le Christ, dans le mariage, l’amour des hommes peut à nouveau se recevoir de l’amour de Dieu et s’y conformer. Certes, il n’est pas besoin de se marier pour commencer à s’aimer vraiment. Mais cet amour partagé ne trouve son accomplissement qu’en se reconnaissant reçu de Dieu, et consacré en retour à Lui. C’est le sens du sacrement de mariage qui, plus encore que le fait de transmettre la vie, qui donne son sens et sa véritable raison d’être à l’union charnelle.

La signification de l’union charnelle est inscrite en l’homme depuis les origines et n’est pas liée à une époque particulière. L’Eglise, qui veut élever ses enfants vers le Père, ne condamne pas les personnes mais transmet ce qu’elle a reçu de la Révélation, afin qu’en se laissant enseigner par elle, les fiancés puis les époux puissent vivre un amour plus authentiquement tourné vers Dieu.

On entend parfois dire que l’Eglise, et en particulier le clergé, n’y connait rien et ne peut rien y connaitre en matière de sexualité. Certains disent aussi que l’Eglise ne devrait pas se mêler de ce qui se passe dans le lit conjugal. Pourtant inspirée par l’Esprit dans ses enseignements, « experte en humanité » (Paul VI), accompagnant les couples avant et pendant le mariage, dans toute leur diversité, et parce que l’Eglise compte aussi les personnes mariées, on peut dire qu’elle est vraiment compétente en la matière. Son expérience et son inspiration, elle les met au service de tous, non pour exercer un quelconque pouvoir en contrôlant la jouissance des croyants ou leur fécondité, non pas pour condamner, mais pour éclairer. Pour reprendre les mots de Jean-Paul II, l’Eglise n’ajoute aucune exigence à l’amour que celles de l’amour authentique. En matière de sexualité, l’Eglise n’impose pas de disciplines sur le mode du permis et du défendu, mais elle guide les personnes, suivant la mission qu’elle a reçu, pour leur permettre de vivre authentiquement la relation d’amour dans laquelle elles s’engagent.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]