Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconÉglise
line break icon

« Papabili » : Les vaticanistes et les non-initiés

© DR

Silvia Guidi - Osservatore Romano - Publié le 08/03/13

Ou l’insoutenable légèreté des pronostics….

Le pronostic pré-conclave est un genre littéraire sui generis dans lequel souvent – mises à part quelques brillantes exceptions – l’intérêt du sujet est inversement proportionnel à la connaissance de ce dont on parle.

C’est un genre littéraire inhabituel à tous égards, dans lequel l’homme de la rue – le Durand ou Dupont- bien entendu avec un minimum de connaissances du sujet, en feuilletant un article dans un café ou en parcourant un livre en librairie – réalise avec étonnement qu’il est parfois plus compétent que le journaliste ou l’essayiste qui dit tout et son contraire: du « nous voudrions un pape trendy, branché, un pape Amélie Poulain, à la croix pectorale de rappeur américain » (sic, dans le journal Le Monde) à la parodie style cabaret, violemment anticléricale mais non dépourvue de culture et « pataphysique », du comique suisse Daniel Rausis, inventeur du genre des papocryphes, noms de papes totalement fictifs.

En 2005, s’étant autodéfini expert en pontifictionnologie (sic), ce comique se proposait,  en tant que spécialiste mondial de la question,  de prêter main-forte au nouveau successeur de Pierre pour le choix de son nom, lui conseillant les plus surréalistes. Ça fait une drôle d’impression de relire ses paroles à quelques années de distance : « l’unique acte libre et imprévisible d’un pape est le choix de son nom » – paroles qui ont été démenties de façon éclatante le 11 février dernier.

    «  En réalité, du conclave,  ils n’en savent pas beaucoup plus que nous autres », tranche avec un pragmatisme laconique  un éditorial apparu sur le blog Rorate Coeli  décrivant  les difficultés du travail de vaticaniste en attente du conclave.

Après coup, la liste des grosses bourdes s’allonge inexorablement. Il suffit de citer deux exemples cités par l’éditorial de Rorate Coeli: dans la liste des papes potentiels, établie il y a huit ans par un journaliste non italien très bien informé et par ailleurs faisant autorité –  liste d’une vingtaine de noms de cardinaux provenant du monde entier – était absent justement le nom du prélat qui allait devenir Benoît XVI, alors qu’un autre collègue italien également autorisé, et qui par ailleurs s’était rapidement ravisé, allait grosso modo dans le même sens, décrivant l’hypothèse Ratzinger « plus symbolique que réelle ».

    Une autre erreur de perspective très répandue est celle que nous pourrions appeler la fascination du slogan, autrement dit l’habitude de répéter des phrases toutes faites sans en vérifier l’historicité. Par exemple, « qui entre pape au Conclave, en sort cardinal », est un lieu commun démenti à plusieurs reprises au 19ème siècle, a rappelé John Allen au début de la vacance du siège. En effet en 1939, c’est le favori,  Eugenio Pacelli, qui a été élu, comme aussi en 1963 Giovanni Battista Montini, tandis qu’en 1978, l’élection d’Albino Luciani avait été prévue,  notamment par le «Time», «L’Espresso» et «Le Monde».

Même l’imprévisible Karol Wojtyła — dont le nom était apparu comme probable pape non italien, dans la revue  «Panorama» un an et demi avant l’élection  — avait été explicitement indiqué comme futur pape, sur la base d’une prévision de toute évidence crédible, par l’excellent prêtre et vaticaniste espagnol  José Luis Martín Descalzo, dans l’hebdomadaire «Blanco y Negro». Prognostic partagé par Silvano Stracca, l’inoubliable vaticaniste de «Avvenire».

    Dans l’impossibilité de donner des noms en connaissance de cause, il y a enfin ceux qui misent confortablement sur l’effet d’accumulation, comme c’est le cas depuis la renonciation de Benoît XVI au pontificat.

C’est ainsi que Luis Badilla Morales, collaborateur de Radio Vatican et observateur attentif surfant sur le net depuis des années, a noté avec humour que, depuis le 11 février dernier, on est passé de 23 à 47 pour les noms des  “papabili”, même si ceux le plus souvent cités ne sont qu’une douzaine. Sans compter le nombre de collègues qui bourrent de noms leurs listes personnelles.

De cette façon, ils pourront dire à leurs petits-enfants: «Je l’avais prévu».

Tags:
conclavePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement