Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 24 janvier |
Saint François de Sales
home iconÉglise
line break icon

Démission de Benoît XVI : « Un geste d’humilité, de courage et d’honnêteté »

ID della risorsa 9198 Accesso Accesso libero Original Filename José Octavio Ruiz Arenas.jpg Country COLOMBIA Creation Date 11 Novembre 08 Credits © DR

aleteia - Publié le 13/02/13

La réaction de Mgr Octavio Ruíz Arenas, secrétaire du Conseil pontifical pour la Nouvelle évangélisation

« Le Pape a beaucoup insisté sur la nécessité d’une spiritualité profonde. Et je crois que nous voyons ici un exemple de ce qu’est une grande spiritualité », souligne Mgr Octavio Ruiz Arena, dans une première réaction suite à l’annonce de la décision du pape de renoncer à son ministère.

Dans un entretien à Aleteia-El Observador, le secrétaire du Conseil pontifical pour la Nouvelle évangélisation explique en quoi le geste de Benoît XVI est à voir comme un acte en totale cohérence avec sa vie, « toute simple, faite d’amour pour l’Eglise, de service de l’Evangile », comme un exemple de grande spiritualité, et non pas comme l’acte d’un homme fuyant ses responsabilités:

Q: Que signifie pour vous, Excellence, la démission du Saint-Père?

Tout d’abord, une grande surprise.  Nous espérions que son message évangélique, d’une telle profondeur et en même temps, tellement simple, allait continuer à éclairer l’Eglise.  Un Pape qui a voulu aller à l’essentiel et rechercher comment répondre à l’évangélisation en s’adaptant à la modernité.  C’est une très grande leçon, d’un homme totalement convaincu qu’il devait accomplir la volonté de Dieu ; qu’il avait reçu un ministère non pas pour exercer le pouvoir, mais pour servir l’Eglise. Et quand il prend conscience que ses forces ne lui permettent plus de réaliser ce service « adéquatement », il a alors ce geste d’humilité, de courage et d’honnêteté.

Q : Il s’agit d’un moment capital dans l’histoire de l’Eglise …

Effectivement. Capital pour nous tous, les pasteurs, pour ceux qui nous gouvernent
… L’idée que nous transmet le Saint-Père est de ne pas nous accrocher au pouvoir, de ne pas nous accrocher nous-mêmes à nos désirs humains, à nos goûts, mais de remplir une mission avec une grande responsabilité. Et, en cela, le pape s’est montré très cohérent avec sa vie, toute simple, d’amour pour l’Eglise, de service à l’Evangile et, par conséquent, comme il le disait lui-même, il ne s’agit pas de fuir des responsabilités, mais de commencer à servir l’Eglise d’une autre façon. Une vie de recueillement, de souffrance et de prière.

Q : Le Conseil pontifical dont vous faites partie est une création du pontificat de Benoît XVI. Comment interprétez-vous ce geste, par rapport au Synode sur la Nouvelle évangélisation et à l’Année de la Foi ?

La renonciation du Pape est, justement, un geste cohérent avec la foi. En effet, le pape nous a dit que nous devions, pendant l’Année de la Foi, approfondir les contenus de cette foi et célébrer avec joie et allégresse la rencontre avec le Seigneur. La célébrer de manière festive.  Mais il nous demande aussi de la vivre avec cohérence. Et ici le Pape nous donne une autre leçon: la foi est cette adhésion forte à la Parole de Dieu, c’est accomplir sa volonté.

Q : Beaucoup disent que ce sont les problèmes innombrables auxquels l’Eglise est confrontée qui ont dicté au pape son choix de démissionner, en les fuyant en quelque sorte…

Nous savons bien tous avec quel héroïsme le Pape a pris à cœur les problèmes actuels de l’Eglise. Mais nous savons aussi que l’Eglise a besoin maintenant d’une personne avec des forces suffisantes, susceptible réellement de poursuivre la tâche de répandre l’Evangile et de pouvoir éradiquer cette mentalité séculière qui imprègne l’actualité.

Q : A une époque d’actions pragmatiques, une décision prise du fond de l’âme, sous l’angle de la foi, ne peut que surprendre, qu’en pensez-vous ?

Le Pape a beaucoup insisté sur la nécessité d’une spiritualité profonde. Et je crois que nous voyons ici un exemple de ce qu’est une grande spiritualité. La papauté n’est pas purement et simplement une question de stratégie. Il faut être convaincu que c’est la force de l’Esprit Saint qui agit dans l’Eglise et doit la guider. Ce n’est pas un homme qui dit, simplement « les forces me manquent », mais un homme qui dit « je me mets entre les mains de Dieu car c’est l’œuvre de Dieu que je suis en train de réaliser, et c’est le Seigneur qui poursuivra cette œuvre ».  Le Pape renonce à un moment où, en conscience, il lui apparaît très clairement qu’il a fait ce qu’il devait faire.

Q : De nombreux médias voient dans cette démission l’histoire d’un échec; ils disent que l’Eglise a perdu beaucoup de fidèles et que bientôt elle sera une Eglise minoritaire…

Cette renonciation doit être vue sous l’angle de la foi. Les problèmes, l’Eglise les aura toujours.  Tout au long de 20 siècles d’histoire, elle a rencontré des problèmes graves et elle s’en est sortie.  Benoît XVI a assumé la responsabilité de répondre à des questions complexes, inimaginables pour d’autres époques. Et cependant, il a eu le courage de dire que l’Eglise doit changer, être  transparente. Que l’Eglise doit se remettre entre les mains du Seigneur.

Q : Pourriez-vous dresser un bilan de ces sept, huit années de pontificat de Benoît XVI ?

Il nous a enseigné que l’Eglise est sainte, car elle a reçu le don de l’Esprit Saint, mais qu’il y a des hommes pécheurs qui ont terni  cette image.  Le Pape nous a donné une leçon de grandeur.  Quand les gens pensaient qu’il allait échouer, c’est tout le contraire qui se produisait. Il a été l’homme qui a su mettre Jésus-Christ au milieu des autres.  Un homme qui a été capable de prêcher la vérité et d’assimiler les principes de la doctrine catholique et du comportement moral qui doit être celui de tout chrétien.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
4
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
5
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
6
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
7
Jérôme Lejeune
Timothée Dhellemmes
"L'intelligence de Jérôme Lejeune était orientée vers la vérité"
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement