Aleteia

Romain Fortunier : « La Vierge Marie se fait proche du sol et de ceux qui y sont tombés »

© Notre-Dame de la Rue
Partager
Commenter

L'association Notre-Dame de la Rue anime une chaîne de prières à destination des plus démunis comme de toutes les personnes qui les accompagnent. Elle relie plus de 200 groupes religieux et laïcs présents dans 45 pays et répartis sur les cinq continents. Romain Fortunier en est le président.

Aleteia : Quels sont l’origine et les objectifs de cette chaîne de prières ?
Romain Fortunier : Le 1er janvier 2000, Bernard de la Croix-Vaubois — à l’origine de cette œuvre — compose une prière à Notre-Dame de la Rue à l’intention des plus démunis et de toutes les personnes qui les accompagnent [pour lire la prière, rendez-vous au bas de la page, ndlr]. La Vierge Marie se fait proche du sol et de ceux qui y sont tombés mais est également « porte du ciel » comme ses litanies nous l’enseignent. Ainsi, comme lors des noces de Cana, nous lui présentons nos actions et nos personnes, convaincus qu’elle peut tout obtenir de son divin fils. La prière est un mouvement du sol vers le ciel, et Notre-Dame de la Rue connaît aussi une diffusion formidable puisqu’elle relie aujourd’hui plus de 200 groupes religieux et laïques présents dans 45 pays et répartis sur les cinq continents.

En plus de la dimension spirituelle, quelles sont vos actions au service des plus démunis ?
La prière est la véritable respiration de toute vie spirituelle, elle rend Dieu manifeste à notre intelligence et à notre cœur. Notre-Dame de la Rue porte ainsi l’action de milliers de « bons samaritains » engagés quotidiennement auprès des plus pauvres. Confortés par cette présence de Dieu, l’engagement et le service pour le prochain se réalisent pleinement. En dehors d’actions plus ponctuelles, nous organisons des rendez-vous bimensuels avec les personnes en situation de précarité pour échanger et partager un moment de convivialité. Nous souhaitons amplifier les actions entreprises en nous rappelant que la pauvreté n’est pas uniquement une réalité matérielle mais aussi affective. La question fondamentale consistant à se demander de quelle chose sont-ils le plus démunis ?

De par votre expérience de la rue, sentez-vous un manque d’accompagnement spirituel pour les sans-abri ? Organisez vous des actions en ce sens ?
Les personnes vivant dans la rue éprouvent naturellement de pressants besoins pour se vêtir, boire et se nourrir. Elles manquent aussi plus instamment d’amour et pour le dire différemment de Dieu, puisque « Dieu est Amour » pour reprendre le titre de l’encyclique du pape Benoît XVI. Cette relation d’amour avec Dieu s’assimile à l’eau vive que Jésus-Christ promet à la samaritaine et qui seule peut désaltérer l’Homme (Jean 4, 14). En écho, Jésus-Christ expirant sur la croix nous dit qu’il a soif, sollicitant ainsi nos cœurs et nos intelligences .Toutes nos actions : de diffusion de la prière à Notre-Dame de la rue, de présentation de cette œuvre aux élèves et des voyages de la Vierge pèlerine visent à épancher cette soif infinie d’amour dans le développement d’une relation personnelle et vivante  avec Dieu .

Votre association a participé au pèlerinage Fratello 2016 à Rome, pouvez-nous parler de cet événement ?
En effet, à l’invitation du Pape François, 6 000 personnes en situation de précarité se sont réunies à Rome pour 3 jours de retraite exceptionnels.

Parmi ces pèlerins venus du monde entier, cinq personnes ont participé à ce pèlerinage sous la bannière de « Notre-Dame de la Rue ». Nous sommes ainsi partis avec deux accompagnateurs et trois personnes en situation de précarité. Mais dans une autre perspective, nous étions tous les cinq les invités du Seigneur. Ce fut une formidable aventure humaine de trois jours, remplie de moments d’émotions et de grâces. Je me rappelle vivement l’entrée du pape François dans la salle Paul VI et les regards et gestes chaleureux qui ont été échangés à cette occasion. Ce pèlerinage mit véritablement à l’honneur les trésors de l’Église que sont les pauvres.

Une statue de Notre-Dame de la Rue parcourt actuellement la France et doit bientôt traverser la Méditerranée pour l’Orient. Souhaitez-vous donner une dimension internationale à cette prière ?
Cette dimension internationale est une réalité que nous n’aurions pu imaginer au commencement. En effet, la providence a pris sous son aile cette prière qui semblait blottie contre les parois de la cité royale. La sœur de Bernard de la Croix-Vaubois, religieuse missionnaire porta cette prière au Bénin pour la première étape d’une grande et merveilleuse pérégrination ! Toutefois, « catholique » signifie universel et dans l’évangile de saint Marc (16, 15), le Christ demande à ses disciples d’aller dans le monde entier pour proclamer l’Évangile. Je me remémore également les paroles de saint Paul dans son épître aux Galates « car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus ». La statue de Notre-Dame de la Rue envoyée à travers le monde dans un élan missionnaire porte donc à l’unité dans le Christ, au-delà des différences sociales et culturelles.

La statue doit rejoindre des camps de réfugiés en Syrie. Parlez nous de cette action auprès des victimes de la guerre et des chrétiens d’Orient ?
Des personnes engagées auprès de la plus ancienne association caritative chrétienne organisent le parcours de la statue depuis le Liban jusqu’à la terre promise soit Bethléem pour Noël 2018. Au cours de ce voyage, la statue de Notre-Dame de la Rue doit notamment partir en Syrie dans des dispensaires et des camps de réfugiés. C’est l’occasion de témoigner de notre soutien et compassion envers nos frères d’Orient si durement éprouvés. En effet, le sang coule abondamment sur cette terre et aux souffrances physiques indicibles s’ajoute la mutilation infligée au corps mystique du Christ. Nous savons cependant qu’aux ténèbres du Vendredi saint succède la victoire de Pâques et que le Christ a déjà vaincu la mort.

Propos recueillis par Benjamin Fayet.


La prière écrite par Bernard de la Croix-Vaubois à Notre-Dame de la Rue :

Ô Marie, toute-puissante sur le cœur de Dieu,
Regarde avec tendresse tous les exclus de la terre,
Qu’ils reçoivent par ton intercession
Le courage de demander aide et soutien,
Le désir de sortir de leurs liens,
La volonté de saisir la main tendue vers eux,
La joie d’être reconnus dans leur dignité,
La force d’accepter, simplement, d’être aimés.

Penche-toi aussi sur tous ceux qui les accueillent,
Donne leur un regard qui ne juge pas,
Mets sur leurs lèvres les mots qui encouragent.
Procure leur la joie  dans la réussite, l’humilité dans l’échec.
Fais que chaque jour ils espèrent contre toute espérance.
Embrase leur cœur d’un ardent désir d’aimer.

Pour que, par toi et avec toi, Notre Dame de la Rue,
Chacun se reconnaisse davantage  frère de Jésus.


Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]