Aleteia

Égypte : Daesh abat un policier qui protégeait le monastère Sainte-Catherine

Le monastère Sainte-Catherine © Pedro Costa Gomes / AFP
Partager
Commenter

L'État islamique a revendiqué l'attaque qui a conduit mardi à la mort d'un agent de sécurité chargé de la protection de ce sanctuaire copte, situé dans le sud du Sinaï. Trois autres policiers ont été blessés.

La menace qui pèse sur les chrétiens d’Égypte semble bien loin de s’atténuer. Après les attaques à la bombe sanglantes qui ont endeuillé les cérémonies coptes des Rameaux, c’est le monastère grec-orthodoxe Sainte-Catherine qui était semble-t-il dans le collimateur des hommes de l’État islamique ce mardi.

Un groupe de terroristes a en effet ouvert le feu sur un point de contrôle tenu par des forces de sécurité égyptienne sur une voie d’accès au sanctuaire. Les échanges de tirs, très nourris, ont fait un mort et trois blessés chez les policiers égyptiens. Les assaillants, finalement repoussés, compteraient plusieurs blessés dans leur rang.

Un symbole de la chrétienté

En s’attaquant au monastère Sainte-Catherine, situé au sud de la péninsule du Sinaï, au pied du mont éponyme, Daesh vise un symbole majeur de la chrétienté. Il s’agit en effet d’un des monastère les plus anciens de l’histoire, ses origines remontant au IVe siècle de l’ère chrétienne. Selon la tradition, il aurait été bâti non loin de l’endroit au Moïse aurait vu le Buisson Ardent.

Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, le monastère Sainte-Catherine, qui relève du patriarcat orthodoxe de Jérusalem, accueille une vingtaine de moines, d’origine grecque pour la plupart. Les murs du monastère abritent une grande collection d’icône ainsi que le deuxième plus grand fond de manuscrits anciens, après celui du Vatican. Depuis 2013 et la multiplication des menaces islamistes, le monastère connaît de sérieuses difficultés financières en raison du tarissement du flux de pèlerins et de touristes.

Maintien du voyage pontifical

Malgré l’intensification des violences antichrétiennes en Égypte, le pape François maintient son projet de visite sur place les 28 et 29 avril. La patriarche Bartholomée Ier, primat de l’église orthodoxe de Constantinople, a prévu de se joindre à lui au Caire, a-t-on appris ce mercredi. Le 28 avril, François, Bartholomée Ier et le patriarche copte orthodoxe Tawadros II doivent rencontrer conjointement le grand imam de l’université Al-Azhar du Caire.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]