Aleteia

Lettre à ma mère inconnue

© Diane de Monteynard
Partager
Commenter

Dans son livre «Voyage au cœur de l’abandon et du secret », Diane de Monteynard offre un témoignage bouleversant de sa vie et décide de se mettre à nue devant celle qu’elle voudrait tant connaître… celle qui l’a mise au monde, sa mère.

Mal de vivre, honte, curiosité, incompréhension… Parmi les 500 000 personnes nées sous X (ou de parents inconnus) en France certains cherchent leurs origines, d’autres pas. Certains font des enquêtes, d’autres publient leurs avis de recherche sur des sites comme « une bouteille à la mer.fr», ou bien sur les réseaux sociaux, Twitter, Facebook, où, en un clic, ils espèrent découvrir la vérité. Ils croient ou veulent croire au miracle : retrouver leur mère. D’autres, comme Diane, décident d’écrire un livre.

Née sous X

Ancienne journaliste pour le magazine Atmosphères, puis chasseuse de lieux de charme, décoratrice, peintre ou prof de gym à ses heures, expatriée à Atlanta puis à Singapour, Diane de Monteynard est née sous X le 30 novembre 1969 dans la région parisienne où elle vit aujourd’hui.

Dans un livre bouleversant auto-publié en mars, ce petit bout de femme, haut comme trois pommes, mais vive et déterminée, a choisi de s’adresser à sa mère qu’elle recherche désespérément. « C’est un rêve que je fais depuis toute petite », raconte, les yeux humides, cette jolie blonde aux yeux noisette.

Sur la couverture de son livre, la photo d’une adorable petite fille blottie contre sa grande poupée renversée. Elle est assise sur les genoux, sans doute de sa mère adoptive, dont on ne voit pas le visage. Le regard de l’enfant, aux cheveux bouclés, semble à la fois triste et décidé. En haut de la couverture, en sous-impression, un tampon et des numéros administratifs. Il s’agit du jugement d’adoption pleinière.

Seule au monde

Abandonnée à la naissance, adoptée par un couple d’aristocrates qui se déchirent après la mort de leur fille unique, puis se séparent, Diane est élevée entre Gênes, Cannes et Paris. Elle perd son père à quatorze ans et sa mère à vingt ans. Seule au monde, cabossée par l’existence et les épreuves, elle combat ses démons pour enfin croquer la vie et réaliser son rêve de famille « idéale ». Mais le secret de ses origines, ressurgit d’outre-tombe à la naissance de sa première fille et viendra la hanter et la briser.

Des recherches infructueuses

A bout de souffle, à bout de force, dans un ultime sursaut, elle décide, après avoir multiplié les recherches infructueuses, de publier un livre afin de raconter son combat pour continuer à vivre heureuse sans savoir d’où elle vient…. « Je m’y suis mise à nue, pour que, de moi, vous sachiez tout et pour vous donner l’envie de tout me dire à votre tour », écrit-elle dans une « lettre à ma mère inconnue » publiée sur Facebook. «Pour qu’elle sache qui je suis, pour qu’elle ait envie de me rencontrer et pour qu’elle comprenne aussi que ne pas savoir d’où l’on vient est une trop grande souffrance ». Un témoignage poignant sur l’abandon sous toutes ses formes, avec toujours cette quête obstinée du bonheur.
Dans sa vie mouvementée, les événements s’enchaînent sans pause. Les émotions sont brutes, sans fard ni masque. La plume, à la fois forte et sensible, « touche au coeur et émeut aux larmes ».
Cette histoire vraie racontée avec simplicité se lit comme un roman. Elle donne une magnifique leçon d’espoir et de résilience de la part d’une petite fille devenue femme puis mère, et qui chaque fois se redresse avec un courage dont on aimerait bien connaître la source.

Surtout ne pas avoir peur

D’emblée Diane de Monteynard, Madeleine Vincente de son vrai nom, tient à rassurer. Si elle a voulu s’adresser à sa mère, elle ne veut surtout pas lui faire peur. Elle n’est pas là pour régler des comptes. Ne lui en veut pas. Au contraire, elle voudrait lui dire merci de lui avoir laissé la vie ! Mais Diane serait heureuse aujourd’hui de partager avec elle ce lourd secret. Car bien sûr sa mère voudra  garder l’anonymat. « Je ne vous veux que du bien et ne cherche, ni à remuer un passé écorché, ni à réclamer quoi que ce soit. Je voudrais juste des réponses aux questions que je me pose depuis si longtemps et qui certains jours finissent par me hanter : qui ? comment ? pourquoi ? ».
Souhaitons avec Diane/Madeleine que ce livre, déjà en tête des témoignages sur Amazon, atteigne son objectif, et qu’il entrouvre un peu plus la porte sur le monde des enfants nés sous X et sur la culture du secret qui y règne encore.

Celle qui l’a mise au monde répondra-t-elle à cet appel ? Avec un petit sourire en coin optimiste Diane répond : « Un jour peut être… si Dieu le veut. »

L’affaire Madeleine Vincente, Voyage au cœur de l’abandon et du secret,  par Diane de Monteynard, Editions BoD, 272 pages, 15 euros. Plus de renseignements : dianedemonteynard.com

 

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]