Aleteia

Philippines : L’Église demande aux militaires de ne pas tremper les mains dans le sang

Forces de l’ordre dans les rues de Manille (Philippines). © TED ALJIBE / AFP / AFP PHOTO / TED ALJIBE
Partager
Commenter

Les catholiques lancent des cours de formation humaine et spirituelle pour les militaires et policiers dans le cadre de la lutte contre la drogue engagée par le président Duterte.

Agir en amont en sensibilisant les consciences de ceux qui « pourraient » commettre des « horreurs »: telle est la mission que se donnent les catholiques aux Philippines face aux terribles exactions commises par les forces de l’ordre dans le cadre de la campagne anti-drogue lancée par le président Rodrigo Duterte. En huit mois, une série d’exécutions extra-judiciaire a déjà fait plus de 8 000 morts, dont 2 500 tués par la police, dans de prétendus affrontements armés avec les criminels. Ces catholiques appuient l’action des prêtres et des évêques qui, où qu’ils se trouvent, prennent la parole pour dénoncer le président et sa campagne, soit ouvrent les portes de leurs paroisses pour donner asile aux fugitifs et toxicomanes qui risquent d’être tués de sang froid.

Face à ces agents de police « à la gâchette facile », l’Ordre de Saint-Michel a lancé des programmes spécifiques de formation humaine et spirituelle pour les membres de la police et des forces armées. « Si les agents renforcent leur rapport avec Dieu, s’ils prennent soin du rapport avec la famille, s’ils s’enracinent dans des principes éthiques fondamentaux, nous croyons qu’ils auront également un bon rapport avec leur prochain et avec la société et qu’ils voudront s’activer réellement pour le bien du pays », a expliqué à l’agence Fides le colonel de réserve Arturo Alabanza, figure dirigeante de l’ordre. « La formation humaine et spirituelle pour les militaires et les agents de police est plus que jamais nécessaire aujourd’hui, à un moment où les exécutions sommaires se multiplient dans le pays », a-t-il estimé.

« Le pardon, la clef du succès »

Lors d’un récent séminaire, tenu à Quezón city et intitulé « Le pardon, la clef du succès », 35 agents de police ont ainsi suivi cinq conférences sur différents sujets tels que : la famille, le pardon et le respect de la dignité humaine. Le programme s’est révélé précieux, selon les participants, et sera proposé à nouveau au profit d’autres agents. Ces agents « doivent affronter des situations difficiles et diversifiées », a relevé Arturo Alabanza. Le colonel sait de quoi il parle. Ces hommes sont sans cesse testés dans « leur caractère, leur personnalité, leur courage », et s’ils ne disposent pas « d’un profond rapport avec Dieu et donc de solides ancrages moraux, ils pourront sûrement faire des erreurs ou commettre des injustices », a-t-il confié à nos confrères de l’Organe d’information des Œuvres pontificales missionnaires. Au sein du parcours de formation suivi par le passé, les agents « ont assimilé des valeurs comme la justice, la discipline, l’honnêteté, la solidarité mais la plus importante, qui embrasse tous les autres, c’est la foi », a-t-il ajouté.

L’Ordre de Saint-Michel agit en partenariat avec le mouvement Couples pour le Christ, lié au Renouveau charismatique, et avec les différentes aumôneries des services des forces armées, de la police et des autres corps en uniforme. Son objectif spécifique, explique Fides, est de « promouvoir une formation des consciences à long terme », pour transmettre à tous ces agents « des valeurs et des principes utiles à la construction du bien commun de la nation ».

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]