Aleteia

Victime d’une tentative d’égorgement, un prêtre pardonne à son agresseur

© Facebook/St. Matthew's Parish, North Fawkner
Partager
Commenter

Le père Tomy Kalathoor Mathew, attaqué au couteau dans son église de Melbourne, n’éprouve ni haine, ni colère. Il déclare prier pour le forcené raciste.

C’est un drame épouvantable  qui aurait pu survenir ce 19 mars dans l’église Saint-Matthew de Fawner North, dans la banlieue de Melbourne, la deuxième plus grande ville d’Australie. Alors qu’il s’apprêtait à célébrer la messe dominicale, le père Tomy Kalathoor Mathew, 48 ans, d’origine indienne, a été agressé par un individu qui a tenté de lui porter plusieurs coups de couteau au niveau du cou. Le prêtre a été immédiatement transféré à l’hôpital, mais heureusement ses blessures se sont révélées superficielles.

C’est l’origine du père Tomy Kalathoor Mathew – nommé en 2014 – qui explique  la tentative de meurtre. Son agresseur, un septuagénaire, ne supportait pas en effet qu’un homme d’origine indienne puisse dire la messe. À plusieurs reprises auparavant, il s’était présenté à la paroisse, demandant aux personnes présentes : « Il est où l’Indien ? ». Le 4 mars, il avait fini par croiser le prêtre. « Je ne te laisserai pas célébrer la messe ici. Tu es un Indien et les Indiens sont soit hindous, soit musulmans. Je vais te tuer » lui aurait-il dit, comme le racontera plus tard l’ecclésiastique.

« Priez pour ceux qui vous persécutent »

Un mobile qui désole le père : « C’est un ignorant. Il ne sait pas, manifestement, que l’Inde compte près de 20 millions de catholiques dans sa population ». Et qu’ils y sont les cibles de violences récurrentes aurait-il pu ajouter, puisque l’Inde est 15e du classement annuel des pays où les chrétiens sont les plus persécutés, établi par l’ONG Portes Ouvertes.

Dépassant ces considérations, le père Tomy Kalathoor Mathew – de retour dans sa paroisse dont les fidèles ont multiplié les témoignages de soutien et d’amitié – a immédiatement fait savoir qu’il ne nourrissait aucune colère à l’encontre de son agresseur, qui doit comparaître devant la justice le 13 juin prochain. Le prêtre a même précisé qu’il avait même à cœur de prier pour lui, fidèle en-cela à l’une des prescriptions évangéliques les plus difficiles : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent » (Matthieu 5, 44).

Partager
Commenter
Mots-clés
australiepardon
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]