Aleteia

Comment réussir à communiquer avec les anges ?

© Pixabay
© Pixabay
Partager
Commenter

L’Ange de la Paix, qui est apparu à Sœur Lucie à Fatima (Portugal) en 1916, révèle les clefs simples mais essentielles pour dialoguer avec les anges.

Lorsque Sœur Lucie évoque la première apparition de l’Ange au printemps 1916, elle décrit « une lumière plus blanche que neige, au milieu de laquelle apparut la silhouette d’un jeune homme entièrement transparent pour la lumière, et plus radieux qu’un cristal qui reflète la lumière du soleil ».

Cette description corrobore celles des Saintes Écritures : « Et voici, il y eut un grand tremblement de terre ; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s’assit dessus. Son aspect était comme l’éclair, et son vêtement blanc comme la neige » (Mt 28, 2-4). De même, le livre de l’Apocalypse, décrit un « Ange puissant, descendre du ciel enveloppé d’une nuée, un arc-en-ciel au-dessus de la tête, le visage comme le soleil et les jambes comme des colonnes de feu » (Ap 10, 1).

Sœur Lucie – qui avait 9 ans à l’époque des apparitions – poursuit son récit, au moment où l’Ange prit la parole pour leur dire : « Ne craignez pas ! Je suis l’Ange de la Paix. Priez ainsi avec moi : Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas, et qui ne Vous aiment pas ».

À Fatima, l’Ange se laisse voir par les petits bergers et communique avec eux. C’est une grande leçon à retenir : les anges désirent former une communauté du salut avec les hommes. Et dans ce but, ils peuvent prendre corps et parler avec nous.

Il est important de noter que l’Ange s’adresse aux enfants sans que ceux-ci n’aient acquis au préalable des dispositions particulières. Contrairement à ce qu’affirment de façon erronée et trompeuse les théories New Age et leur fausse dévotion aux anges, il n’est pas question de suivre une quelconque initiation ou un apprentissage de rituels pour pouvoir entrer en communication avec les anges.

L’Ange de la Paix l’établit clairement : aucune technique n’est requise pour dialoguer avec les anges. Pour les entendre, il suffit d’aiguiser son ouïe spirituelle, d’affiner sa conscience et d’adopter le regard d’ un enfant. Et celui qui ne parvient pas à entendre son ange, devrait probablement réaliser un examen de conscience.

L’Ange invite les enfants à la prière. À cette occasion, il révèle aux petits bergers une première prière avec laquelle on peut s’adresser à Dieu. Tout simplement, en lui disant combien nous l’aimons, que nous croyons en lui, et que nous l’adorons. Les paroles des anges nous encouragent à redécouvrir les paroles simples, pleines d’amour, de révérence, mais aussi la miséricorde, la sainteté et les actes de charité.

L’Ange en exemple 

En prenant nos dispositions pour écouter la voix de ces grands amis – chacun en a au moins un à ses côtés – nous les entendrons nous encourager à honorer, servir et réjouir le Seigneur.

Lors de cette première apparition, l’Ange va droit au but, il enseigne simplement aux enfants : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime » et les conduit à l’adoration.

L’Ange inspire et élève par son exemple. À Fatima, il se donne en exemple aux enfants en s’agenouillant lui-même et en courbant le front jusqu’au sol. L’Ange n’est pas passif, il s’engage auprès de chacun afin que nous apprenions à fixer le regard en Dieu.

Face à tant de beauté, les enfants de Fatima restèrent « figés et émerveillés », selon les termes de Sœur Lucie. Comment ne pas se souvenir des paroles de saint Jean de la Croix : « Ô âmes créées pour ces grandeurs et qui y êtes conviées, que faites-vous ? À quoi vous amusez-vous ? Ô déplorable aveuglement des enfants d’Adam, puisqu’ils ne voient goutte, entourés d’une si grande lumière, et qu’ils sont sourds à ces hauts cris… » (Cantique spirituel 39, 7) ?

Nous savons que nous pouvons compter sur des êtres puissants, lumineux, et dotés de capacités bien supérieures aux nôtres. Avec une profonde révérence, il nous faut rechercher leur compagnie et entretenir notre relation avec ces bons amis. Et tâchons de les imiter, pour le plus grand bien de notre âme.

L’ange est le serviteur de Dieu, il n’est pas le nôtre. Tous les anges gardiens agissent auprès de nous, tels des « instructeurs personnels » afin que nous portions le dessein de Dieu. Comme les petits bergers de Fatima, nous ferions bien de suivre leurs conseils et leurs gestes car ils nous ont été envoyés par Dieu.

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]