Aleteia

Offrez des iris !

Shutterstock
Partager
Commenter

Cette fleur ourlée de volants aux couleurs de l'arc-en-ciel fleurit en ce moment dans les jardins. Saviez vous qu'elle symbolise l'amour et la confiance ?

Pour les Égyptiens de l’Antiquité, la fleur d’iris était symbole de majesté et de pouvoir… Dans la mythologie grecque, Iris était la messagère des dieux et comme elle n’apportait jamais que de bonnes nouvelles, en récompense de ses services, elle fut changée en arc-en-ciel, symbole du retour du beau temps. Pour en savoir plus sur cette jolie fleur, voici 8 infos que vous ne connaissez peut-être pas, de sa symbolique chromatique à ses vertus médicinales…

L’iris, talisman de Clovis

C’est elle, et non le lys, qui symbolise le royaume de France depuis que Clovis, en 507 à la bataille de Vouillé près de Châtellerault, découvrit grâce à l’iris des marais la présence d’un gué qui lui permit de traverser une rivière. En effet, ceux-ci ne peuvent vivre que dans 40 cm d’eau maximum. Persuadé qu’il devait son triomphe à la petite plante, le roi des Francs fit de l’iris son emblème, le symbole de la monarchie et de l’unité du royaume.

L’annonce des bonnes nouvelles

En langage des fleurs, l’iris est un symbole d’amour et de confiance. Aussi offrir des iris renforce encore un peu plus le message d’une bonne nouvelle à venir. Offrir un iris blanc signifie : « je vous aime avec confiance », un iris bleu dit : « je vous aime tendrement ». Un iris jaune exprime l’amour heureux, un rouge brun un amour ardent. Quant à l’iris rose pâle, il délivre un message de tendresse Seul problème… les iris en bouquet fanent vite et une fois fanée, la fleur tache durablement le meuble en bois ou en marbre sur lequel elle est tombée !

Une fleur aux couleurs de l’arc-en-ciel

Avec ses feuilles persistantes en forme de glaive et ses fleurs bleu-mauve, l’iris des jardins est une fleur fascinante qui regroupe 300 espèces botaniques se déclinant grâce au travail des obtenteurs en des milliers de variétés aux nuances délicates, de l’orange au rose pâle, du jaune au rouille, du pourpre au presque noir, du bleu ciel à l’indigo…soit toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Les vertus médicinales de l’iris

Mais l’iris ne doit pas son succès qu’à la beauté de sa fleur. Les médecins aussi étaient persuadés que l’iris contenait les principes propres à guérir des piqûres de scorpions et de serpents ainsi que des maux d’estomac.  Les rhizomes d’iris séchés étaient utilisés pour traiter les maladies respiratoires et servaient également à aromatiser le vin.

Un atout beauté

Dans l’Antiquité, on appréciait l’iris pour sa fleur mais aussi pour la senteur dégagée par la combustion de ses rhizomes. Ces derniers sont un composant très prisé en parfumerie depuis l’époque de Catherine de Médicis. Par ailleurs, on l’utilisait autrefois pour les produits destinés aux cheveux ou pour confectionner une huile destinée à supprimer les odeurs de transpiration !

© Shutterstock

Une fleur qui protège

Plus étonnant encore, les jardiniers en plantaient sur le toit des maisons. Leur seule présence suffisant, croyait-on, à tenir à distance les mauvais esprits et à protéger la demeure des risques de la foudre. Mais c’est aussi une fleur qui,  grâce à son système racinaire en rhizome retient la terre des berges des rivières ou des mares.

Cultiver des iris…

Perchée sur ses hautes tiges, avec ses pétales aux couleurs vives, la variété que l’on rencontre dans la plupart des jardins est particulièrement rustique. Cette plante est non seulement très résistante aux conditions climatiques, mais en plus elle ne demande que très peu d’entretien. Pendant la floraison, la seule chose à faire est de couper au fur et à mesure les fleurs fanées afin de permettre aux autres boutons de bien s’épanouir et aussi d’alléger également la hampe. L’iris ne craint pas les vents, même violents, excepté pendant la floraison car la hampe est fragilisée par le poids des fleurs.

… Et les multiplier !

Les nouvelles racines des rhizomes d’iris se forment après la floraison. Il s’agit donc du meilleur moment pour diviser les touffes devenues trop grosses. Le dédoublement permet de maintenir une floraison abondante. Il faut le pratiquer tous les 4 ans, notamment quand l’iris est confiné dans un endroit de votre jardin et qu’il ne peut plus se développer par les extérieurs.

 

 

Partager
Commenter
Mots-clés
fleursprintemps
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]