Aleteia

Venez prier avec Grégory Turpin !

Partager
Commenter

Une soirée de louange en compagnie du chanteur est organisée à Boulogne Billancourt.

Depuis plus d’un an, le chanteur Grégory Turpin accompagne une fois par mois les jeunes de Vincennes et de ses alentours dans leurs soirées de louange. En effet, le diocèse de Paris a mis en place les soirées « Spes afterwork », qui réunissent environ 500 jeunes,  de 17 à 35 ans, pour un temps de prière de louange et d’enseignement. Une occasion de témoigner ensemble de leur foi de manière dynamique et joyeuse. Cette année, la « Spes afterwork » s’exporte jusqu’à Boulogne Billancourt le 22 mars 2017.

Le chemin de foi de Grégory Turpin n’a pas toujours été facile, et c’est avec une émouvante simplicité qu’il évoque son parcours, et les gens qui l’ont aidé à sortir du monde de la nuit et de ses dangers. En effet, après avoir passé un an dans un carmel, Grégory décide d’en sortir, délaisse quelque peu sa foi et devient chanteur dans des bars toulousain. Alors qu’il sombre dans la drogue et l’alcool à outrance, il décide de se couper de ce milieu néfaste en abandonnant le chant durant 2 ans. « Ma chance dans ce chaos, c’est d’être resté fidèle à la confession », affirme-t-il.

Peu à peu il retrouve la foi et décide de mettre son talent de chanteur au service de Dieu et de sa louange. Les chants de Grégory Turpin sont emprunts de cette reconnaissance du Seigneur comme un pilier vital dans sa vie.

Si vous souhaitez participer à ces belles soirées de louange et de prière cliquer ici. Et découvrez ici l’oeuvre de Grégory Turpin ainsi que son engagement auprès d’associations (l’Arche, l’Ordre de Malte, Fraternité en Irak et Les projets Rosalie).

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]